Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'enfance du mal
Olivier Coussemacq  mai 2010

Réalisé par Olivier Coussemacq. France. Comédie dramatique. Durée : 1h30 (Sortie le 12 mai 2010). Avec Anaïs Demoustier, Aurélia Petit, Ludmilla Mikaël, Sylvain Dieuaide et Pascal Greggory.

Avec "L'enfance du mal", Olivier Coussmacq se risque sur un chemin largement oublié du cinéma français, celui du "thriller psychologique". D'ordinaire, terrain de chasse de quelques grands noms, comme Claude Chabrol ou Michel Deville, le genre n'est en général pas propice aux premiers films puisqu'il nécessite une rigueur à la fois dans le scénario et dans le filmage, ressentie comme une contrainte bridant la créativité.

Bref, traiter d'une histoire "simple", inscrite dans l'étude d'un milieu particulier ou dans un cadre familial resserré, ne paraît pas le bon véhicule pour faire ses gammes et beaucoup de jeunes cinéastes craignent sans doute de se rapprocher d'une production télévisuelle et de voir leur film assimilé à un téléfilm.

Utilisant le canevas dont s'était récemment servi Denis Dercourt dans "La tourneuse de pages, celui d'une jeune fille pénétrant une famille bourgeoise pour y assouvir une vengeance, Olivier Coussemacq s'appuie avant tout sur une distribution de qualité. Déjà présent dans "La tourrneuse de pages", Pascal Greggory forme avec Ludmila Mikaël un couple étonnamment crédible de bourgeois provinciaux modernes. Quant à la jeune fille sur qui repose l'intérêt de l'histoire, Anaïs Demoustier, elle joue parfaitement l'ambivalence entre naïveté et perversité.

Certes, Olivier Coussemacq n'a pas les décennies de pratique du genre d'un Chabrol pour pimenter son récit d'un peu de transgression humoristique. Cependant, avec "L'enfance du mal", il fournit un film honnête, jamais ennuyeux et utile dans le débat actuel, celui de la reconstruction d'un cinéma "moyen" évitant la polarisation excessive du cinéma français entre quelques grosses productions et un cinéma d'auteur de plus en plus marginalisé.

 
 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2022-07-31 :
Costa Brava, Lebanon - Mounia Aki  
 

• Archives :
Des filles pour l'armée - Valerio Zurlini  
Occhiali neri - Dario Argento   
Peter von Kant - François Ozon   
The Sadness - Rob Jabbaz  
L'Esprit sacré - Chema García Ibarra
Todos os Mortos - Caetano Gotardo et Marco Dutra
Jungle rouge - Juan José Lozano et Zoltan Horvath   
Swing - Tony Gatlif    
All eyes off me - Hadas Ben Aroya  
Les Femmes des autres - Damiano Damiani   
Maître Contout - Mémoire de la Guyane - Xavier Gayan   
Années20 - Elisabeth Vogler   
Et je l'aime à la fureur - André Bonzel   
Un vrai crime d'amour - Luigi Comencini   
Employé-Patron - Manuel Nieto Zas   
The Batman - Matt Reeves
Azuro - Matthieu Rozé  
La vie de famille - Jacques doillon
Deux sous d'espoir - Renato Castellani  
Crush - Luis Prieto   
Tropique de la violence - Manuel Schapira    
L'Empire du silence - Thierry Michel   
Ma nuit - Antoinette Boulat   
Rien à foutre - Emmanuel Marre et Julie Lecoustre    
Ali & Ava - Clio Barnard   
Viens je t'emmène - Alain Guiraudie   
La Légende du roi crabe - Alessio Rigo de Righi et Matteo Zoppis   
Dunk ou Die - Nicolas de Virieu   
Nous - Alice Diop   
Riders of Justice - Anders Thomas Jensen  sortie VOD  
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (19)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1630)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (3)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=