Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sophie Hunger
L'Aéronef  (Tourcoing)  1er juin 2010

La prestation de Sophie Hunger à l’Aéronef fut remarquable, tant sur le plan humain que musical. Deux heures de concert pendant lesquelles la chanteuse a présenté son troisième album, 1983 – que j’avais jugé assez faible en regard de son chef-d’œuvre Monday’s Ghost. Je ne change pas d’avis à ce propos, mais les titres de ce dernier album ont été interprétés avec une certaine intensité, se mélangeant dignement avec les anciennes chansons.

Sophie Hunger est une personne captivante, incroyablement concentrée sur scène, dont on peut deviner la qualité d’inspiration par ses silences, qu’elle n’hésite pas parfois à prolonger sans que cela ne perturbe le public : dans ses silences on arrive à percevoir sa maîtrise d’un répertoire qui a autant avoir avec le jazz et le classique qu’avec le folk.

Seule au piano ou à la guitare, ou encore accompagnée par son groupe pour des moments plus électriques, elle s’implique entièrement, ne fût-ce que par de simples inflexions de voix. Autre point fort : sa capacité à modifier la structure initiale de ses chansons, par exemple en remplaçant la mélodie de l’introduction par un ton neutre mais tout autant chargé d’émotion : les chansons n’en restent pas moins reconnaissables. Certains enchainements semblent improvisés, mais un travail rigoureux les contient entièrement.

Sa voix au timbre si particulier est plus troublante lorsque les chansons sont en allemand : assise au piano, vêtue d’une robe rouge, nous tournant le dos, cette jeune femme au tempérament fort séduit sans le vouloir.

Il faut aussi noter sa lucidité à l’endroit de l’industrie musicale, consciente qu’elle participe elle-même, instrument de spectacle, à un "show-biz" nécessaire. Pouvoir s’en moquer, et dans un même mouvement se moquer d’elle-même − dans le titre "Invisible" − est ce qui fait sa force. A vingt-sept ans Sophie Hunger connaît parfaitement les rouages du système qui lui a permis de s’affirmer ; elle joue avec sans rien compromettre de sa droiture morale.

Vers la fin du concert, au milieu d’un morceau de piano, une reprise de "Con Toda Palabra" de Lhasa nous bouleverse plus que ce que nous ne saurions dire. Nous ne remercierons jamais assez Sophie Hunger d’avoir fait cet hommage à la grande chanteuse mexicaine, dont la disparition récente continue de nous perturber.

A la sortie du concert j’ai considéré autrement l’album 1983, comme si cette soirée permettait de compléter virtuellement ce qui manque à ce disque : un souffle qui est celui de la plus grande liberté.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Monday's Ghost de Sophie Hunger
La chronique de l'album 1983 de Sophie Hunger
La chronique de l'album The Danger of Light de Sophie Hunger
Sophie Hunger en concert au Festival GéNéRiQ 2008 (6 mars 2008)
Sophie Hunger en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Sophie Hunger en concert au Grand Mix (samedi 17 otobre 2009)
Sophie Hunger en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche

En savoir plus :
Le Myspace de Sophie Hunger

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-09-20 :
The Apartments - In and out of the light
La Caravane Passe - Nomadic Spirit
Babylon Circus - State of Emergency
Atrisma - Chrone EP
Orchestre national d'Auvergne & Roberto Forés Veses - Berg, Webern, Schreker
Marie-Gold - Règle d'or

• Edition du 2020-09-13 :
Thomas Bel - Cerna Vez
Bandit Bandit - Bandit Bandit
Jeanne Added - Both Sides
Gabriel Tur - Papillon Blanc
Emily Loizeau - Run Run Run (Hommage à Lou Reed)
Emily Loizeau - Le Centquatre
Collectif La Boutique - Twins
Hugo Chastanet - Dix chansons naturelles et sauvages
Elysian Fields - Transience of life
 

• Archives :
Feldup - A thousand doors, just one key
Vladimir Torres - Inicial
Creeper - Sex, Death & The infinite Void
Fantastic Negrito - Have You Lost Your Mind Yet ?
Plumes - Oh Orwell
Rue de Tanger - Simone
Anna Aaron - Pallas Dreams
Biffy Clyro - A Celebration of Endings
All We Are - Providence
Ana Carla Maza - La Flor
Listen in Bed - Lazy Lagoon (Mix #22)
Neil Young - Homegrown
Vertige - Populaire
Talisco - Inner songs
Listen in Bed - Nina Simone 2/2(Mix #21)
Crack Cloud - Pain Olympics
We hate you please die - Waiting room
Cheyenne - Surprends-moi
Listen in Bed - Nina Simone 1/2 (Mix #20)
La Mare Aux Grenouilles #06 - Talk Show Culturel
L'éclair - Noshtta EP
Toybloïd - Modern Love
Listen in Bed - Jimmy Cobb (Mix #19)
Divers artistes - INTENTA Experimental & Electronic Music from Switzerland 1981-93
Thibault Noally & L'ensemble Les Accents - Alessandro Scarlatti : Il Martirio di Santa Teodosia
Benoît Menut - Les îles
Musica Nigella & Takénori Némoto - Chausson le littéraire
Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet - Echange
Marianne Piketty, Le Concert Idéal - L'Heure bleue
Silas Bassa - Silas
- les derniers albums (6142)
- les derniers articles (159)
- les derniers concerts (2325)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=