Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Colts de l'or noir
Pierre Romanello  juin 2010

Réalisé par Pierre Romanello. France. Western. Durée : 2h05. (Sortie 2 juin 2010). Avec Frédéric Ferrer, Romain Bertrand et Lionel Tavera.

Chaque fois qu’apparaît sur les écrans un western français, il y a deux réactions possibles : soit on loue avec condescendance cette tentative isolée, soit on se moque de ce "western camembert" jugé avant même de le voir comme une chose ridicule appartenant à la catégorie infâmante des "nanars".

Les deux attitudes reposent sur une égale ignorance : celle de l’existence, dès les débuts du cinématographe, d’un western à la française. Dans les années 1900-1910, en Camargue, on tournait de nombreuses bandes où s’affrontaient des cowboys et des Indiens made in France. Bien qu’on n’ait pas souvent l’occasion de visionner ses films, la mémoire cinéphile conserve le nom de Joe Hamman, la grande vedette du western français de cette époque.

Depuis on a souvent vu des parodies du genre avec des acteurs comiques comme Fernandel ("La Terreur de la Pampa"), Fernand Raynaud ("Fernand Cowboy"), Bourvil ("Sérénade au Texas"). On a même vu le retour du western camarguais grâce à Johnny Hallyday dans "D’où viens-tu Johnny ?", le même Johnny tournant pour Robert Hossein un western "spaghetti à la française", "Le Spécialiste".

Mais c’est surtout par le biais de la bande dessinée que les Français ont perpétué récemment une production western avec "Blueberry et Lucky Luke", ce dernier étant par ailleurs le sujet d’un très grand nombre de films d’animation francophones.

Tout ça pour dire que "Les Colts de l’or noir" n’est pas un film qu’il faut juger comme une exception, pas plus qu’il ne faut s’appuyer sur la modestie de sa production et sur un casting comprenant une majorité de non professionnels pour en faire un "Ovni filmique" ne pouvant être comparé avec les autres films présents sur les écrans.

Le meilleur compliment que l’on pourra faire au film de Pierre Romanello est justement d’écrire que c’est un film comme les autres et qu’il mérite d’être jugé non à l’aune du western à la française mais du western tout court. Jamais approximatif dans son contexte, soigné dans sa facture, le film est vraiment un western. Même si le tournage en vidéo Haute définition peut lui donner des airs de téléfilm, il s’en sort bien grâce à une très belle photographie et au talent de Pierre Romanello qui alterne les plans sans jamais s’enfermer dans de systématiques champs-contrechamps. Avec une intrigue très linéaire, on est ici dans la tradition du western B plutôt que dans la lignée d’œuvres plus complexes comme les films d’un John Ford ou d’un Anthony Mann.

On aurait donc aimé qu’à l’instar de Budd Boetticher, le maître du genre, Romanello travaille un peu plus dans la concision. Pourtant, on ne le blâmera pas d’aimer prendre son temps pour filmer des chevaux magnifiques et l’on suivra sans ennui l’affrontement entre Frédéric Ferrer et Romain Bertrand, totalement à l’aise dans un genre qui ne souffre aucune médiocrité de jeu et requiert d’habitude des acteurs chevronnés.

Portée par une prometteuse musique de Damien Deshayes, "Les Colts de l’or noir" est une œuvre pleine de charme et constamment sans calcul. Elle honore un cinéma français qui, même s’il l’ignore, ne survivra qu’à la condition qu’il reconnaisse enfin les qualités de ses francs-tireurs.

 
 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 janvier 2021 : En route pour l'aventure

On ne sait pas encore ce qui nous attend en 2021, espérons pouvoir enfin retourner voir des spectacles bientôt, en attendant on va essayer d'organiser de nouveaux des concerts en live sur notre chaine Twitch. On vous en parle bientôt. D'ici là, voici la sélection de la semaine.

Commençons par le sommaire et le replay de la Mare Aux Grenouilles #18

Du côté de la musique :

"Vivaldi, Le quattro stagioni" de Alexandra Conunova
"Contrastes" de Duo W
"Beethoven, si tu nous entends" de La Symphonie de Poche & Nicolas Simon
"Ras la trompe" de Lila Tamazit Trio
"La sélection de Julien Bousquet" émission #6 de Listen In Bed
"Fleurs" de Mélody Louledjian & Antoine Palloc
"Monks of nothingness" de Olivier Lasiney & Yantras
"In paradisum" de Schola Cantorum of the Cardinal Vaughan Memorial School
et toujours :
"Le cas très inquiétant de ton cri" de MelmACHello
"Douze oiseaux dans la forêt de pylônes électriques" de Nicolas Jules
"L'allégresse" de DaYTona, la 200ème chronique de CycoLys
"Across the universe" Saison 2, Mix 7, encore un beau mix de Listen In Bed
"Hiver(s)" de Matthias Billard

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"Ali Baba" de Macha Makeieff
"Mon père avait raison" de Sacha Guitry
"Adieu Monsieur Haffmann" de Jean-Pierre Daguerre
"Le canard à l'orange" de Marc-Gilbert Sauvajon
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Madame Arthur ose Bashung"

Expositions :

en virtuel :
"Picasso et la bande dessinée" au Musée Picasso
"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Soulages" à l'Espace Lympia
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Bacon en toutes lettres" au Centre Pompidou
"Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay

Cinéma :

at home :
"Dim Sum Funeral" de Anna Chi
"Son of Sofia" d'Elina Psykou
"Fin du monde" de Carolina Hellsgård
"Brooklyn" de Pascal Tessaud
"Hôtel Fantôme" de Daniel Kehlmann
"Motherland" de Tomas Vengris
"La classe volante" de Kurt Hoffmann
et un regard vers le cinéma hollywoodien avec :
"Le plus grand cirque du monde" de Henry Hathaway
"Une étoile est née" de William Wellman
"La Taverne de la Jamaïque" d'Alfred Hitchcock
"Top Secret" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Inside story" de Martin Amis
"Là où nous dansions" de Judith Perrignon
"Le bonheur est au fond du couloir à gauche" de J.M. Erre
"Les douze morts de Napoléon" de David Chanteranne
"Tiger" de Eric Richer
"Un papillon, un scarabée, une rose" de Aimee Bender
et toujours :
"59 rue des Archives" de Bruno Guermonprez, David Koperhant & Rebecca Zissmann
"Oeuvres complètes III" de Roberto Bolano
"Vox populi" de Thomas Harnois

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=