Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
Tame Impala - Lonelady - Seasick Steve - The Kooks - Black Rebel Motorcycle Club - Band Of Skulls - Band Of Horses - Blink 182 - Girls - Iron Maiden - Placebo - Flaming Lips - Fat Freddy's Drop  (Kiewit, Belgique)  jeudi 19 août 2010

"Packt Like Sardines In A Crushed Tin Box"

Rock en Seine, Solidays, Eurockéennes, Vieilles Charrues... Après avoir fait le tour des principaux festivals hexagonaux, l'envie nous prend de changer d'air. La curiosité nous pousse à faire nos valises et à aller voir ce qui se fait chez nos voisins question gros raout estival. Après l'Espagne voilà deux ans (Benicassim), c'est au plat pays que nous nous rendons pour 3 jours de rock, de camping et (surtout) de bière.

Pukkelpop - puisque c'est de cela dont il s'agit - fête cette année ses 25 ans parmi l'élite des festivals européens. Basé depuis 1991 à Kiewit, petite bourgade proche de Hasselt et de la frontière néerlandaise, le festival a accueilli en un quart de siècle le gotha du rock mondial. Pour ne citer qu'eux, Radiohead, Nirvana, Neil Young, Sonic Youth, The Jesus & Mary Chain, Ramones, Nick Cave & The Bad Seeds, Pixies, Iggy Pop (avec et sans ses Stooges), Rage Against The Machine, The Smashing Pumpkins, Red Hot Chilli Peppers, Beck, Metallica, Queens Of The Stone Age, PJ Harvey, Portishead, Elliott Smith, Coldplay, Muse, Guns N' Roses, Interpol, Arcade Fire, Franz Ferdinand, Arctic Monkeys, Daft Punk, Massive Attack...

Tous ces grands noms ont un jour ou l'autre foulé le pré belge de Pukkelpop. Certains groupes programmés cette année sont même des habitués : The Flaming Lips, Jónsi (avec Sigur Rós) et Black Rebel Motorcycle Club avaient déjà joué une fois à Pukkelpop. Eels y retourne pour la troisième fois, Queens Of The Stone Age et The Prodigy la quatrième. Quant à Placebo, ils semblent avoir fait de Pukkelpop leur résidence secondaire : ils y donneront cette année leur sixième prestation !

Après quatre heures à avaler l'asphalte franco-belge, Kiewit pointe enfin le bout de son nez. Et là, stupéfaction : que de monde ! Du jamais vu. On a beau être la veille du festival à minuit passé, les abords du site fourmillent de festivaliers. Certains semblent avoir entamé les hostilités éthyliques depuis un petit moment. L'herbe a déjà bien souffert : on suppute que certains spectateurs sont arrivés depuis plusieurs jours. Une fois les formalités accomplies (parking, bracelet du festival), nous regagnons le monstrueux camping : un immense champ de près d'un kilomètre de long où les nouveaux arrivants se livrent à une véritable foire d'empoigne afin de dénicher leur emplacement. Il est près de 3 heures du matin lorsque, coincé entre l'énorme barnum quinze places installé par notre peu conciliant voisin belge et une inéluctable promiscuité avec des dizaines de tentes Quechua, les préparatifs se terminent enfin. Le festival peut commencer : "Now I'm Ready To Start", pour reprendre l'hymne de la bande de Win Butler (notre tube de l'été à nous).

Lève-tôt, couche-tard, il y en a pour tous les goûts à Pukkelpop : premier concert à 11h20, extinction définitive des enceintes à 4h du matin. Ce qui laisse une bonne marge pour ingurgiter sa dose quotidienne de rock. Pour notre part, on vérifiera tout au long de ces trois jours que musical ne rime pas forcément avec matinal. C'est donc à 14h00 que nous commençons notre première journée par le concert des australiens Tame Impala. Chanteur pieds nus et exhibant un bandeau dans ses (longs) cheveux, ces petits nouveaux présentent tout l'attirail du parfait groupe hippie. Calmes et concentrés, leur musique laisse deviner une écoute assidue de - au hasard - MGMT (Tampe Impala a assuré des premières parties pour la tournée américaine des New-Yorkais). Leur pop psychédélique tortueuse et acidulée s'avère une belle entrée en matière, même si l'ensemble manque de mordant.

Passant d'un chapiteau à un autre, place à Lonelady. L'anglaise (de Manchester, plus précisément) propose un set aride et tendu qui ne passionne guère. Flanquée d'un batteur et d'un préposé aux bidouillages électro et autres claviers, la chanteuse montre pourtant de belles choses vocalement. Mais cela manque trop d'émotion et on décroche assez vite. On en profite pour se faufiler jusqu'à la grande scène juste avant l'arrivée de Seasick Steve. Allergiques au blues, passez votre chemin. Après tant de froideur, nous y trouvons largement notre compte. Affichant une barbichette de trois mois, un débardeur jaune doublé d'une casquette verte, et accompagné d'un batteur encore plus distingué, l'américain velu va à l'essentiel. Même si la formule présente des limites, son blues près de l'os joué avec ferveur fait plaisir à entendre.

Ignorant sans scrupule les anglais de The Kooks, c'est à bras ouverts que l'on accueille Black Rebel Motorcycle Club sur la scène Marquee. Malgré un dernier album pas précisément enthousiasmant (Beat The Devil's Tattoo), les américains restent ce qui se fait de mieux actuellement au royaume du blues-rock torturé (et saturé). La set-list se concentre sur Beat The Devil's Tattoo, tout en ayant la bonne idée de n'en jouer que les meilleurs titres : "Bad Blood" (qui rappelle avec bonheur Baby 81, meilleur disque du trio à ce jour), la lancinante chanson-titre "Beat The Devil's Tattoo", et surtout l'explosive "Conscience Killer" qui provoque moult remous dans une fosse plutôt mollassonne jusqu'ici. Les deux guitaristes/chanteurs (Peter Hayes et Robert Turner), accompagnés d'une main de fer par la nouvelle venue Leah Shapiro à la batterie, sonnent comme s'ils étaient six sur scène. Propulsé vers le haut par les classiques que sont désormais "Stop", la rustique "Ain't No Easy Way", la musclée "Berlin", "Weapon Of Choice" (jouée tête dans le guidon), "Spread Your Love" et "Whatever Happened To My Rock & Roll" (qui conclut le show par un déluge de guitares hurlantes), le show des Black Rebel Motorcycle Club lance le festival sur d'excellents rails.

Après tant de noirceur vénéneuse, on en a oublié qu'il fait encore grand jour dehors. Et beau. Et chaud. Place maintenant au duel des "Band" : Band Of Skulls Vs Band Of Horses. Le Rock Band du festival, en quelque sorte. C'est Band Of Skulls qui monte le premier sur les planches, devant un parterre à bloc, qui connaît les paroles par coeur. Après les BRMC, on reste en terrain connu : riffs bien sentis et lourds, solos de guitare appuyés. Le point commun entre le batteur barbu, la bassiste au look de Jonny Ramone et le chanteur blond (et barbu) ? Les cheveux longs. Mis à part ça, les canadiens sonnent comme les Raconteurs ("Death By Diamonds And Pearls") quand ils ne lorgnent pas vers Franz Ferdinand ("I Know What I Am"). Ils proposent un cocktail rock sympathique à défaut d'être vraiment original.

Devant une assemblée plus conséquente, les Band Of Horses se montrent un cran au-dessus. Leur sunshine pop à haute teneur mélodique fait des étincelles malgré une sono pas vraiment à la hauteur. La musique des américains évoque successivement My Morning Jacket, Wilco, Fleet Foxes ou encore The Shins. Pas exactement des tâcherons, donc. Band Of Horses, c'est encore une histoire de poils : chanteur moustachu, clavier et guitariste barbu. Derrière les cinq musiciens, un diaporama épileptique retrace la vie du groupe pendant la tournée. Beaux refrains, harmonies pas piquées des hannetons : les Band Of Horses ont une classe de plus que le groupe rock lambda. Leurs titres proposent de belles envolées, mais on préfère lorsque le tempo ralentit et que la chanson se fait plus subtile. Le chant reste un peu trop uniforme, dommage. Après un dernier titre brillant, les américains se retirent. On reste sur notre faim : 45 minutes, c'est un peu court, mais telle est la dure loi des festivals.

La venue de Blink 182 sur la grande scène a au moins un avantage : prendre encore plus mesure de la qualité de la prestation de Band Of Horses. Concernant le show des punks à paillette américains, tout est question de virgule. En ce qui nous concerne, elle se place après le 1. Variante : 182, comme la distance du périmètre de sécurité autour de la grande scène. Pour être totalement franc, c'est carré, rodé, costaud. Pas l'once d'un brin de subtilité à l'horizon. Entre deux morceaux pour skatteurs attardés, le chanteur nous sert des "holy fuck !" et des "holy shit !" du meilleur goût. Autant dire que ce n'est pas du tout notre truc. Force est d'avouer pourtant que la foule en redemande.

On est autrement plus dans notre élément avec Girls, un de nos coups de coeur 2009 qui, juste après blinque ouane hey titou, redore le blason de la Californie. Les cinq musiciens (guitare/chant, seconde guitare, basse, clavier, batterie) enchaînent les titres sans temps mort. Les pépites pop défilent devant nos oreilles. On adhère, même si les versions manquent d'envergure et la voix trop maniérée agace par moments. On retiendra notamment la splendide "Laura", l'intense "Hellhole Ratrace" et son émouvant refrain ("I don't wanna cry my whole life through / I wanna do some laughing too") et un "God Damn" autrement plus rageur que sur disque. Le show se termine sur "Morning Light", titre puissant et psychédélique, noyé sous des strates de réverb.

Place désormais à la grande messe Hard Rock du festival : les vétérans britanniques d'Iron Maiden investissent la grande scène pour deux heures d'un énorme show métalo-SF. Peu étonnant vu le nombre impressionnant de T-Shirt (hideux) estampillés Iron Maiden croisés sur notre chemin aujourd'hui : une horde de fans a pris d'assaut la scène. Poings brandis, paroles vociférées, tête balancée en rythme. Le décor fait dans la démesure et le show dans le grand-guignolesque, notamment lorsqu'un alien s'invite à la fête (clin d'oeil appuyé à leur tout récent album The Final Frontier). Rock & Roll jusqu'au bout des ongles, Iron Maiden assume le caractère outrancier du spectacle : solos à n'en plus finir, chanteur parcourant des kilomètres sur les décors surélevés, poses de guitaristes avec manches à 90° et tentatives de grand écart contrariées par un slim peu extensible. Qu'on apprécie ou pas, on ne peut nier que les anglais assurent comme des bêtes. Gros riffs qui tâchent, chanteur qui assure niveau voix : on est captivé malgré nous (et malgré quelques longueurs).

Le moment est venu d'évoquer le gros point noir de la soirée : Placebo. Pendant cinq ans - de Without You I'm Nothing (le second album, 1998) à Sleeping With Ghosts (quatrième livraison du trio, 2003) -, on a aimé et défendu la bande de  Brian Molko malgré des boursouflures gagnant un peu plus de terrain à chaque fois. Porté par une poignée de singles épatants, Placebo faisait partie des groupes qui comptent. De l'eau a coulé sous les ponts, un Steve en a remplacé un autre derrière les fûts, et ce n'est pas Meds (2006) ni encore moins le pénible Battle For The Sun, sorti l'année dernière, qui changeront la donne : Placebo n'excite plus grand monde aujourd'hui.

La foule immense venue entendre leurs tubes en aura pour ses frais : mis à part "Nancy Boy", servie d'entrée, "Soulmates" - pas franchement leur plus grande réussite -, "Special Needs", un "Every You, Every Me" bâclé, la semi réussie "Meds", la reprise facile de "All Apologies" (Nirvana) et l'agaçante "Song To Say Goodbye", on se farcit essentiellement le dernier album du groupe. Après une heure de show, "The Bitter End" parvient enfin à faire bouger une foule dans l'expectative. Pas de cris ni d'applaudissement pour le rappel. Le groupe revient pour quatre titres dont on retiendra un "Infra-Red" efficace et surtout un "Taste In Men" rappelant les moments d'éclats dont ils étaient capables à l'époque. Brian Molko, coincé sous son bonnet et derrière ses lunettes, ressemble à un petit lutin mal dans sa peau. Sa voix particulière nous donne aujourd'hui des boutons. Sept ans ont passé depuis Sleeping With Ghosts, la ferveur s'est évaporée, mais Brian Molko continue d'y croire. C'est tout le mal qu'on lui souhaite, mais ce n'est pas gagné.

Sans transition, on file voir les Flaming Lips sous l'immense halle Marquee, où l'effervescence règne : derrière des dizaines de ballons géants flottants puis rebondissant sur le public, on parvient à apercevoir sur scène un ours géant, une chorale yé-yé en mini-jupe orange en bords de scène et un Wayne Coyne sautillant. A l'image d'Of Montreal, on assiste à une performance plus qu'à un concert. Du grand n'importe quoi mis en scène et joué avec un enthousiasme à toute épreuve. OK, mais ma musique dans tout ça ? Un gloubiboulga acidulé qui ravit sans doute les tenants du tout psychédélique mais finit par écoeurer. Dommage, car dans ses moments les plus posés, les chansons de Wayne Coyne peuvent s'avérer splendides ("Do You Realize ??", pour ne citer qu'elle).

On en profite pour aller voir ce que nous concocte Fat Freddy's Drop sous le petit chapiteau du Club. Les néo-zélandais surprennent agréablement et s'imposent même comme la bonne surprise d'une première journée en demi-teinte. Leur reggae électro teinté de soul (3 cuivres sur scène et la voix douce de Dallas Tamaira), d'une coolitude absolue, fait mouche.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
Tame Impala en concert au Festival International de Benicàssim #17 (samedi 16 juillet 2011)
Tame Impala en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche
Tame Impala en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
Tame Impala en concert au Festival La Route du Rock #23 (Samedi 17 août 2013)
Tame Impala en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019)
Tame Impala en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Jeudi 15
Lonelady en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #13 (2010)
La chronique de l'album You Can't Teach An Old Dog New Tricks de Seasick Steve
La chronique de l'album Keepin’ The Horse Between Me And The Ground de Seasick Steve
Seasick Steve en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Seasick Steve en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Seasick Steve en concert au Grand Mix (21 novembre 2009)
Seasick Steve en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
Seasick Steve en concert à L’Alhambra (vendredi 18 octobre 2013)
Seasick Steve en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - dimanche
Seasick Steve en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Samedi 4
Seasick Steve en concert au Festival Lollapalooza Paris #1 (édition 2017) - Dimanche
Seasick Steve en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche
La chronique de l'album Inside in, inside out de The Kooks
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
The Kooks en concert à La Maroquinerie (15 décembre 2005)
The Kooks en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
The Kooks en concert au Festival Les Inrocks 2006
The Kooks en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mercredi)
The Kooks en concert à EMI ( 6 mai 2008)
The Kooks en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
The Kooks en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
The Kooks en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - vendredi
The Kooks en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
La chronique de l'album Stop EP de Black rebel motorcycle club
La chronique de l'album Take Them On, On Your Own de Black rebel motorcycle club
La chronique de l'album Howl de Black Rebel Motorcycle Club
Black Rebel Motorcycle Club en concert à l'Elysée Montmartre (23 novembre 2003)
Black Rebel Motorcycle Club en concert à l'Elysée Montmartre (2 novembre 2005)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Samedi 7 juillet
L'interview de Black Rebel Motorcycle Club (juillet 2005)
La chronique de l'album Baby darling doll face honey de Band Of Skulls
La chronique de l'album Sweet Sour de Band Of Skulls
Band Of Skulls en concert au Festival Art Rock 2010
Band Of Skulls en concert au Grand Mix (vendredi 18 mai 2012)
La chronique de l'album Everything all the time de Band of horses
La chronique de l'album Cease to begin de Band of horses
La chronique de l'album Infinite Arms de Band of Horses
La chronique de l'album Acoustic at the Ryman de Band of Horses
Band Of Horses en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Band Of Horses en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Vendredi 25 août
Blink 182 en concert à Main Square Festival 2012 - Dimanche
La chronique de l'album From here to there de Girls in Hawaii
La chronique de l'album A song about a girls de Zita Swoon
La chronique de l'album Elan Vital de Pretty girls make graves
La chronique de l'album Boys and girls in America de The Hold Steady
La chronique de l'album Talk to la bomb de Brazilian Girls
La chronique de l'album Plan your escape de Girls in Hawaii
La chronique de l'album Album de Girls
La chronique de l'album I Will Be de The Dum Dum Girls
La chronique de l'album Only in dreams de Dum Dum Girls
La chronique de l'album Everest de Girls In Hawaii
La chronique de l'album Primitive Girls Are More Fun ! de Washington Dead Cats
La chronique de l'album Too True de Dum Dum Girls
La chronique de l'album Refuge de Girls In Hawaii
La chronique de l'album Hello Strange de Girls in Hawaii
La chronique de l'album Girls in Peacetime Want to Dance de Belle And Sebastian
La chronique de l'album Half Free de U.S. Girls
La chronique de l'album Nocturne de Girls in Hawaii
La chronique de l'album Young Girls Punk Rock de Lilix & Didi
Articles : Photos Blonde Redhead et Girls in Hawaii - La Route Du Rock
Girls en concert au Festival La Route du Rock 2004 (dimanche)
Girls en concert à l'Elysée Montmartre (9 mars 2005)
Girls en concert au Nouveau Casino (6 avril 2006)
Girls en concert au Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)
Girls en concert au Festival La Route du Rock 2008
Girls en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2008
Girls en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Girls en concert au Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
Girls en concert à Machine du Moulin Rouge (dimanche 24 avril 2011)
Girls en concert au Grand Mix (samedi 7 décembre 2013)
Girls en concert à L'Autre Canal (samedi 22 mars 2014)
Girls en concert au Carré (samedi 22 novembre 2014)
Girls en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Lundi 9 juillet
L'interview de Girls in Hawaii (21 juin 2004)
La conférence de presse de Girls in Hawaii (août 2004)
L'interview de Pretty girls make graves (30 janvier 2006)
L'interview de Brazilian Girls (17 janvier 2007)
L'interview de Girls in Hawaii (6 février 2008)
L'interview de Girls In Hawaii (samedi 22 mars 2014)
L'interview de Girls in Hawaii (samedi 22 novembre 2014)
L'interview de Girls in Hawaii (lundi 26 juin 2017)
Iron Maiden en concert à Sonisphere Festival - France 2013 - 3ème édition
Iron Maiden en concert à Download Festival
Iron Maiden en concert à Download Festival #1 (édition 2016)
Iron Maiden en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018)
Iron Maiden en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - dimanche 24 juin
La chronique de l'album Sleeping with ghosts de Placebo
La chronique de l'album Once More With Feeling de Placebo
La chronique de l'album Meds de Placebo
La chronique de l'album Battle for the sun de Placebo
Placebo en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2003
Placebo en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (vendredi)
Placebo en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)
Placebo en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2007 (Samedi et dimanche)
Placebo en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - vendredi 31 octobre
Placebo en concert au Festival Artrock 2015
Placebo en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Placebo en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - vendredi 7 juillet
La chronique de l'album The Terror de The Flaming Lips
Flaming Lips en concert à l'Elysée Montmartre (12 mars 2003)
Flaming Lips en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
Flaming Lips en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
Flaming Lips en concert au Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
Fat Freddy's Drop en concert au Festival Rock en Seine 2010 (dimanche 29 août 2010)

En savoir plus :
Le site officiel du festival Pukkelpop
Le Myspace du festival Pukkelpop
Le blog de Pierre


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 22 septembre 2019 : Fin d'été
- 15 septembre 2019 : Life in Vain
- 8 septembre 2019 : du nouveau à l'Horizon
- 1er septembre 2019 : C'est reparti pour un tour
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=