Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Soldat de papier
Alexeï Guerman  septembre 2010

Réalisé par Alexeï Guerman Jr. Russie. Comédie dramatique. Durée : 2h05. (Sortie le 15 septembre 2010). Avec Merab Ninidze, Chulpan Khamatova et Anastasya Sheveleva.

Où en est le cinéma russe ? Ce n’est pas avec la sortie au compte-gouttes de quelques films par an, souvent œuvres d’auteurs connus (Mikhalkov, Sokourov) que l’on pourra s’en faire une idée précise.

Il y a quelques mois, on avait vanté “Salle n°6”, une adaptation d’une nouvelle de Tchekhov tournée dans un asile psychiatrique où se mêlaient patients et acteurs, qui permettait de supposer que la Russie bougeait encore cinématographiquement.

Sans doute, le Festival Moscou-St Petersbourg qui commence au Forum des Images, et dont on parlera largement tout au long de son déroulement, devrait permettre de reprendre pied dans une cinématographie abandonnée à la fois par les exploitants et par les revues de cinéma.

La sortie de "Soldat de papier", troisième long métrage d’Alexeï Guerman Jr, permet de répondre à quelques interrogations immédiates : oui, en Russie, il reste encore une volonté artistique, oui, il reste encore des cinéastes ambitieux, oui il reste une envie de revisiter l’histoire du pays par le prisme de la pellicule.

Alexeï Guerman Jr traite d’un élément important de la politique soviétique post-stalinienne : l’aventure spatiale. L’homme nouveau soviétique se devait de devancer dans les étoiles son adversaire capitaliste américain.

Loin du réalisme scrupuleux d’une reconstitution historique académique, Guerman pousse très loin la stylisation de son récit. De la Cité des Étoiles (Baïkonour), on ne verra que des baraquements perdus dans la boue, une ligne de chemin de fer arrivant nulle part et quelques jeunes hommes en survêtements subissant un entraînement bizarroïde en attendant que l’un d’entre eux soit le premier homme envoyé dans l’espace.

Ici, se lit la faillite en pointillé de l’utopie de 1917 : le bonheur promis sur terre est désormais reporté au-delà des airs et comme toujours en Russie, l’aventure que l’on va fantasmer grandiose et que la propagande va rendre glorieuse n’est qu’un prétexte à un joyeux bordel, plein de cris, de vitupérations et propice aux libations.

On ne s’étonnera pas alors que le héros de Guerman ne soit pas le naïf, courageux et radieux Iouri Gagarine, bon garçon soviétique bientôt héros malgré lui, mais le médecin géorgien qui supervise l’entraînement des cosmonautes, un homme anxieux, apeuré devant cette quête inutile et dangereuse, un homme qui pédale à tue-tête vers la folie.

Ce qui frappe dans "Soldat de papier", c’est que Guerman ne répond pas aux canons actuels de la narration du cinéma occidental.

Riche de toute la théâtralité russe, avec des acteurs capables de variations extrêmes, passant de la gravité à l’insignifiance en un rire, son film retrouve des accents oubliés du cinéma d’auteur, comme ce travail subtil sur la couleur ou cette manière de filmer le beau visage de Chulpan Khamatova.

Évidemment, il faut partir pour Baïkonour avec une grande disponibilité car le film est tout sauf aimable. Suivre sans ennui les facéties dépressives de Merab Ninidze dans cet univers boueux se mérite.

Ce n’est pas un seul film qui peut faire le printemps, mais "Soldat de papier" est une proposition originale pour un cinéma encore en reconstruction.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=