Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yasujirô Shimazu ou les plaisirs de la modernité
Maison de la Culture du Japon  (Paris)  Du 6 au 16 octobre 2010

Pendant longtemps, par commodité ou paresse intellectuelle, on a résumé le cinéma classique japonais à deux génies du 7ème art, Yasujiro Ozu et Kenji Mizogushi, rejoints à partir des années quarante par un troisième très grand, Akira Kurosawa.

Même si les spécialistes affirmaient que le cinéma japonais avait connu un âge d’or dans les années trente comparable à celui vécu par le cinéma hollywoodien à la même époque, personne ne demandait à voir.

Heureusement, depuis les années 90, le cinéma japonais a profité de la création à Paris de la Maison de la Culture du Japon pour remettre les choses en place d’une manière plus systématique que les quelques rétrospectives parcimonieuses que la Cinémathèque Française accordaità la cinématographie nippone.

Dès lors, grâce à plusieurs cycles par an, rendant des hommages à des cinéastes ou organisant des parcours dans la production des principaux studios japonais, on a pu se rendre à l’évidence : le cinéma japonais, ce n’est pas seulement quelques grands chefs d’oeuvre et quelques cinéastes d’exception, c’est une cinématographie, riche, foisonnante, très créative et surtout très abondante en nombre de films de qualité, une qualité qui perdure encore aujourd’hui.

Pour en rester à "l’âge d’or", il y a quelques semaines la Maison de la Culture du Japon a permis de découvrir les trois magnifiques films de Sadao Yamanaka, un réalisateur mort prématurément à 28 ans alors qu’il avait été enrôlé dans l’armée japonaise qui avait envahi la Chine.

À partir de mercredi, la Maison de la Culture du Japon  va faire connaître un autre grand maître méconnu des années trente : Yasujiro Shimazu.

Sept films de ce cinéaste mort à moins de cinquante ans en 1945, vont permettre au spectateur parisien de juger par lui-même si Shimazu à sa place aux côtés des Naruse, Gosho, Uchida, Ito, Itami (Mansaku), Toyoda, Kinoshita, etc, dont a pu découvrir dans ce même lieu un aperçu conséquent des oeuvres souvent elles aussi conséquentes.

Comme Ozu, Shimazu s’intéresse en priorité à la cellule familiale de base. Il y installe ses drames situés dans la petite bourgeoisie des villes et leur fait prende souvent la forme du mélodrame.

Parmi les films de Shimazu que l’on a déjà pu voir , "Ainsi va l’amour" et "Un frère et sa petite soeur" expriment la capacité du Japon d’avant la déflagration de 1945 d’analyser très tôt son passageà la modernité occidentale. Outre le plaisir cinématographique qu’ils procurent, ils ont donc une grande vertu sociologique et historique.

Bien des raisons, d’aller voir Shimazu et de se convaincre que le cinéma a eu au Japon le même rôle qu’aux États-Unis, celui de montrer un monde en mutation à ceux qui en étaient les acteurs, actifs ou passifs.

 
En savoir plus :

Le site officiel de la Maison de la Culture du Japon


Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-09-20 :
Ailleurs - Gints Zilbalodis

• Edition du 2020-09-13 :
Adolescentes - Sébastien Lifshitz
Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait - Emmanuel Mouret
 

• Archives :
Rocks - Sarah Gravon
Le Jardin des Finzi Contini - Vittorio de Sica
Guendalina - Alberto Lattuada
Quelle joie de vivre - René Clément
Dawson City : le temps suspendu - Bill Morrison
Le Défi du champion - Leonardo D'Agostini
Voir le jour - Marion Laine
Epicentro - Hubert Sauper
Mano de Obra - David Zonana
Effacer l'historique - Benoît Delépine et Gustave Kervern
Une Barque sur l'océan - Arnold de Parscau
Madame - Stéphane Riethauser
Ema - Pablo Larrain
Né à Jérusalem (et toujours vivant) - Yossi Atia et David Ofek
L'Envolée - Eva Riley
Nanar Story ... and the winner is... -  
Focus Cinéma -
Les Films - Mars
Un fils - Mehdi M. Barsaoui
Les Lèvres rouges - Harry Kümel
Le Mystère Von Bulow - Barbet Shroeder
L'Etat sauvage - David Perrault
Le Cas Richard Jewell - Clint Eastwood
Les Films - Février 2020
Sortilège - Ala Eddine Slim
Les Vertes Années - Paulo Rocha
Deux - Filippo Meneghetti
Un divan à Tunis - Manele Labidi
La Dernière vie de Simon - Léo Karmann
Botero - Don Millar
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (19)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1545)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=