Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Orchestral Manoeuvre In The Dark
History Of Modern  (Blue Noise Ltd / Discograph)  octobre 2010

Francis Picabia a dit : "C'est une lâcheté que d'applaudir à toutes les idioties que l'on nous montre sous prétexte de modernité." Avec History Of Modern, ceci ne risque de toute façon pas d'arriver à Orchestral Manoeuvre In The Dark, alias "Manoeuvres Orchestrales Dans Le Noir" dixit les belges Sttellla sur leur single (ou 45 tours peut-être) "Années 80".

Qu'est-ce que la modernité ? Ce n'est pas ce qui est neuf. C'est avant tout ce qui établit une rupture avec ce qui existait avant. En musique, des Lenny Krawitz ou des Interpol ne seront jamais modernes puisqu'ils singent ce qui existait il y a vingt ou trente ans. La modernité est appelée à toujours se renouveler, à rendre classique ce qui jadis avait paru révolutionnaire.

Le dernier album d'OMD ne prétend donc pas sonner de manière moderne, mais il rappelle ce qu'était la modernité à l'époque de leurs jeunes années et de leur gloire passée, c'est-à-dire entre 1979 et 1983. Au-delà de 1983, ce groupe, copié et plagié, ne sonnait déjà plus moderne même s'ils continuaient à creuser le sillon d'une agréable synthpop. Electricity sorti en 1979 sur le label Factory - le label indépendant de Joy Division -, a été un des grands coups de semonce de la musique electro. Electricity, puis rien ne fut jamais plus comme avant. Ni pour OMD, ni pour le monde de la pop music.

A l'époque, il y avait Depeche Mode, Gary Numan, DAF, Human League, Soft Cell, Lio, Jacno, ceux qu'en France le magazine Actuel avait appelé "les jeunes gens mödernes", des groupes underground issus des mouvances post-punk, new-wave, cold-wave et novö. En précurseurs, il y avait eu Suicide, Kraftwerk, Pierre Henry, Tangerine Dream... Une page de la musique populaire était en train de se tourner, OMD s'y est engouffré. Avant eux et consœurs, point de musique électronique populaire.

Il faut, en plus, resituer dans l'époque ce que cette musique a représenté en France. 1981, élection de François Mitterrand. Au niveau culturel, Jack Lang aux affaires : début des radios libres. Un jeune présentateur, avec un triangle de cheveux bleus à la base de la nuque, prenait les commandes du samedi après-midi dans la petite lucarne, il se nommait Alain Maneval. Même si la forme plus que le fond changeait, le choc fut brutal pour les ménages provinciaux, encore à table devant le jambon-purée à cette heure-là. Ce triangle bleu dans les cheveux alors que la couleur venait d'apparaître, à peine quelques années auparavant, sur les écrans cathodiques.

C'était avant la catastrophe de Bhopal, avant Tchernobyl, avant le sida, avant le règne de la communication partout et de la finance folle. C'est à l'aune de tous ces éléments qu'il faut comprendre l'attachement des quadras à ce groupe propret de garçons-coiffeurs. Oui, la musique d'OMD résonne comme une bande-son de l'époque, une époque colorée aujourd'hui de tons scépia.

Alors quid du nouvel album ? Il sonne daté. Les garçons d'OMD font ce qu'ils savent faire au risque de sembler aujourd'hui dépassés et ringards. Mais il le font bien. Il y a d'abord la voix d'Andy McCluskey qui n'a pas pris une ride. Ensuite, il y a des chansons pop, mélodiques et agréables.

Et derrière les musiques, les paroles, un œil dans le rétroviseur et un peu d'acidité sur les lèvres. La première chanson, "New Babies, New Toys", en est une parfaite illustration : "They don’t want you, they don’t need you, they just use you, they just bleed you / There’s no heaven, there’s no hell. Cream will float, but shit will sell" ("ce n'est pas qu'ils vous aiment ou qu'ils ont besoin de vous, ils ne font que vous saigner, se servir de vous / Ce n'est ni le paradis, ni l'enfer. La crême flottera toujours, mais c'est la merde qui se vendra.").

On aurait pu penser qu'une chanson comme "Sister Mary says" aurait été un bon single pour lancer le disque. Écrite en 1981, sur les mêmes quatre accords que "Enola Gay", elle a un côté légèrement parodique, mais immédiatement reconnaissable du style OMD. On aurait pu aussi croire à "History Of Modern part II" avec son intro presque semblable à "Souvenir", ou encore à "History Of Modern part I" dans le style "Tesla Girl", comme bon single de lancement. Malheureusement, le premier single, "If you want it", rappelle plutôt "So in love" ou "Forever Live and Die", lorsqu'OMD, au milieu des années 80, suçait la roue de Spandau Ballet, voire rappelle le sirupeux essai de come-back opéré en 1996 avec "Walking on the milky way".

La pochette a été dessinée par Peter Saville, graphiste du label Factory au début de eighties, mais ceci est de l'ordre de l'anecdotique. Même l'animation flash du site officiel d'OMD est buggée. Il faut croire qu'ils ont aussi pris un infographiste qui a commencé sa carrière en 1980, et a un peu de mal à se tenir informé des nouveautés.

Actuellement de nombreux groupes de jeunes gens nés entre 80 et 90 recopient la musique qu'écoutaient leurs parents, j'ai nommé XX, Foals, LaRoux, Editors, Horrors et compagnie... Il n'y a clairement rien de moderne dans ces groupes, et la conclusion principale qu'on en tirera est que ces groupes sont composés de gentils petits dont la crise d'adolescence, malgré leur look, ne s'est pas soldée par un rejet en bloc de la culture de leur papa et de leur maman. OMD montrent donc - raisonnement par l'absurde - qu'ils sont encore capables de faire des disques pertinents. Par contre, ce qui est sûr, c'est que si on aime la synthpop, on prendra plaisir à écouter ce disque, presque comme un best of de b-sides du groupe, petit plaisir qu'on avouera plus ou moins honteux. Finalement, on retrouve dans History Of Modern tout autant ce qui fut le meilleur que ce qui fut le pire d'OMD entre 1980 et 1986.

En conclusion, History Of Modern est un disque dans l'air du temps, puisque l'air du temps consiste à croire que, hier, tout était plus rose, et qu'il faut forcément avoir peur de demain.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

OMD en concert au Festival Summercase 2007 (samedi)

En savoir plus :
Le site officiel de Orchestral Manoeuvre In The Dark
Le Myspace de Orchestral Manoeuvre In The Dark


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau

L'arrivée du Beaujolais nouveau sera moins festive qu'à l'habitude cette année. Qu'à cela ne tienne la nouvelle édition de Froggy's Delight et le replay de la nouvelle Mare Aux Grenouilles est là pour vous tenir chaud ! Voici le programme :

Du côté de la musique :

"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

et toujours :
"Pursue a less miserable life" de Saffron Eyes
"Reborn" de Aldo Romano
"Dear mademoiselle" de Astrig Siranossian
"Lignes futures" de Brazzier
"Song machine, season one : Strange timez" de Gorillaz
"Mémoire d'un enfant de 300 000 ans" de Imbert Imbert
"Perspectives & avatars" de Laura Perrudin
"Aux amis qui manquent" la 4eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Frédéric Chopin" de Roustem Saitkoulov
"Beethoven, un nouveau manifeste" de Simon Zaoui
"Any day now" de The Brooks

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Douze Hommes en colère" de Reginald Rose
"Phèdre!" par François Gremaud
"La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau
"Comme s'il en pleuvait" de Sébastien Thiéry
"La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilenfeld
"Hier est un autre jour" de Sylvain Meyrac et Jean-François Cros
"10 ans de mariage" d'Alil Vardar
"Ils s’aiment" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"Le Professeur Rollin se re-rebiffe" de François Rollin
et un malicieux air d'opéra avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir l'exposition commentée "Soleils Noirs" au Louvre-Lens
en virtuel :
"Miro "Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Gregory Crewdson - An Eclipse of Moths" à la Galerie Templon
voir ou revoir l'exposition "Les costumes font leur show !" au Centre national du costume de scène à Moulins
parcourir les collections de la National Gallery of Denmark à Copenhague
du Palais de Schönbrunn à Vienne
du Museu Imperial de Petropolis au Brésil et en Thaïlande
et du Museum of Contemporary Art à Bangkok
et "Les petites histoires des chansons coquines" du Musée de la Sacem

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Les bien-aimés" de Christophe Honoré
"L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Peur de rien" de Danielle Arbid
"The Bookshop" de Isabel Coixet

Lecture avec :

"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud
et toujours :
"Histoire politique de la roue" de Raphael Meltz
"Inépuisables" de Vivian Gornick
"Kudos" de Rachel Cusk
"Se cacher pour l'hiver" de Sarah St-Vincent
"Histoire navale de la seconde guerre mondiale" de Craig L. Symonds

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 10 janvier 2021 : En route pour l'aventure
- 3 janvier 2021 : Tous nos voeux de santé et d'année moins pire que l'autre
- 27 décembre 2020 : Pas de vaccin contre la culture !
- 20 décembre 2020 : Noël confiné, Pâques... pareil ?
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=