Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le problème
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  février 2011

Comédie dramatique de François Bégaudeau, mise en scène de Arnaud Meunier, avec Jacques Bonnaffé, Anaïs Demoustier et Emmanuelle Devos.

Un couple, lui écrivain, la cinquantaine, elle infirmière en bloc opératoire, quelques années de moins. Leurs deux enfants, une fille en terminale et un fils en fac de philo. Autrement dit une famille, une famille lambda, installée, tranquille, bourgeoise, confortablement installée dans sa routine.

Un long canapé coupe la scène en deux. Devant ce long canapé, une table basse, et derrière, le comptoir d'une cuisine américaine. Au milieu de ces meubles aux couleurs beige et blanc cassé, on trouve l'harmonie, le consensus, la neutralité. Pourtant, un matin, en partant pour le travail, la mère a laissé une lettre à sa famille. Elle y explique qu'elle va partir et aller vivre avec un autre homme. Le soir venu, les quatre sont réunis, l'heure des explications est arrivée.

Dans le rôle de l'écrivain, qui pour se donner une contenance affiche une attitude cynique, Jacques Bonnaffé, minéral, impose sa présence sans presque bouger du canapé. La jeune Anaïs Demoutier, nommée en 2009 pour le César du meilleur espoir féminin, se glisse avec aisance dans le personnage de la fille, à la fois romantique et pragmatique. Alexandre Lecroc incarne le fils qui, confronté à la situation, est submergé par le sentiment d'abandon. Face à eux, Emmanuelle Devos est magistrale, en femme désirante qui choisit de mettre un terme à son existence paisible pour aller vers l'inconnu d'une nouvelle histoire d'amour.

"Le problème" est qu'il n'y a pas de drame ou de souci insurmontable dans cette famille. Le problème est, pour cette femme, d'essayer de faire comprendre son choix d'un nouveau parcours à ceux qui jusqu'à présent ont toujours partagé sa route. Pour les autres, le problème consiste à se confronter à cette rupture, rupture du couple, rupture familiale mais surtout rupture des habitudes et de ce qui était considéré comme à jamais acquis.

Le texte de François Bégaudeau, qui s'articule aussi autour d'un devoir de philo à rendre pour le lendemain, "la conscience est-elle compatible avec le bonheur?", n'évite pas un effet quelque peu mécanique.

Afin de préparer les auditeurs candidats aux épreuves du baccalauréat, Raphaël Enthoven accueille traditionnellement, dans son émission "Les chemins de la connaissance", diffusée sur France Culture, des professeurs de philosophie  qui mettent en garde contre le systématisme du plan dialectique "thèse - antithèse - synthèse" dans lequel la pensée progresse souvent de manière heurtée.

Or, François Bégaudeau fait se confronter son héroïne, au fils qui souffre, à la fille qui soutient le projet de sa mère à travers une vision romantique de l'histoire et au mari qui conçoit et comprend sa femme mais ne peut s'empêcher d'être triste et assurera le devoir familial. Cette approche en trois points débouche sur une structure narrative qui aurait certainement gagné à être relevée d'un zeste de fantaisie, mais qui néanmoins colle à la nature sans originalité des personnages.

La mise en scène d'Arnaud Meunier parvient à créer les tensions nées du non-dit. Il y a d'abord l'utilisation intelligente des lignes horizontales créées sur scène par les éléments du décor. Le canapé et le comptoir de la cuisine américaine coupent, à la verticale, l'espace entre les personnages et accentuent, à l'horizontale, la notion d'éloignement. De plus, Arnaud Meunier étire les silences entre les personnages afin de transmettre le malaise et l'incompréhension qui existent dans cette famille.

Mais surtout, il y a dans la scénographie judicieuse et réussie de Damien Caille Perret un élément essentiel à cette histoire. Une structure de poutres entoure la scène pour donner l'impression d'une pièce aux murs transparents qui tient le spectateur à l'écart, dans un rôle de voyeur. Cependant cette structure est bombée, les poutres ne sont pas droites mais forment un arc orienté vers l'extérieur.

Ce qui induit l'impression d'une distorsion en barillet, c'est-à-dire d'une image déformée comme passée à travers le prisme d'un objectif qui rendrait le centre de l'image plus grand. Or la magie du théâtre opère ainsi, en transformant une histoire tristement banale, ou banalement triste, en une parenthèse dans le temps par la grâce des acteurs, le rythme et la musicalité du texte.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 novembre 2020 : Culture Globale
- 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau
- La Mare Aux Grenouilles #15
- 15 novembre 2020 : Novembre à Paris
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=