Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pigeon John
Dragon Slayer  (Discograph)  mars 2011

Pigeon John a commencé à se faire un nom dans les années 90 en montant régulièrement sur la scène du mythique "Good Life Café", lieu historique du hip-hop underground de la côte ouest. Il a pondu beaucoup d'albums à base de samples. Pour son nouveau disque, il a pratiquement composé et tout fait lui-même (avec l’aide de Hervé Salters de General Electrik). Il a utilisé de vrais instruments, il a enregistré et s'est occupé du mixage. Il nous a donc pondu une sorte de hip-pop, mélange d'influence hip-hop, de pop, parfois rock et souvent soul, mais toujours en étant cool et frais.

Une voix un chouilla nasillarde comme l'étaient les voix des rappeurs, il y a longtemps (Cypress Hill, Snoop Dog dans les 90's), un sens de la dérision et de l'auto dérision. Un peu irrévérencieux, toujours drôle et parlant plutôt des petits moments du quotidien que de délire bling bling. Même si l'ambiance est plutôt au cool, cela n'empêche pas d'avoir un flow d'une rare efficacité. Les mélodies ont une très belle carrure et sont emportées par un beat ravageur.

Le premier single, "The Bomb", est tellement efficace qu'il a été utilisé dans les jingles du Grand Journal de Canal +. On a affaire à un titre résolument rock, teinté d'electro et de funk. Mais ce n'est pas un morceau isolé dans l'album, puisque la basse ronde et enveloppante sur "Hey You" nous emmène dans des sphères que certains rockeurs ne sont pas près d'atteindre. Une basse très groovy et pleine d'effets est aussi très présente sur le plus funky "Ben Vereen". "Buttersoft Seats" est tout en harmonie et clavecin, alors "Before We are Gone" est un titre qui débute dans une simplicité folk avec juste une guitare acoustique et un synthé éthéré, avant que les rythmes emportent le tout dans quelque chose de plus dansant. Ce disque est loin d'être linéaire. Tout est fait pour que l'on ne s'ennuie pas. Aucun morceau ne se ressemble. En plus des influences classiques de la pop, rock ou soul, on retrouve des sonorités hip-hop old school, mais aussi funk, reggae ou encore calypso.

Pour celles et ceux qui font une overdose de Ben l'oncle Soul, Pigeon John est une alternative de qualité et plus originale (dans le sens où il propose des choses en plus. Ce n'est pas que du pillage de ses influences). Pour ceux qui ont la nostalgie d’un hip hop "Unity, peace & having fun", des trucs cool comme on en avait dans les années 90, avant l'invasion gangsta et bling bling, Pigeon John est idéal. Il est à un milliard d'années des clichés et de l'imagerie du rap actuel. En plus, il paraît que c'est une bête de scène, on ne demande qu'à voir, car l'album est déjà de très bonne qualité.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pigeon John en concert au Fil (dimanche 27 octobre 2011)
L'interview de Pigeon John (dimanche 27 octobre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Pigeon John
Le Myspace de Pigeon John


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-04-05 :
Listen in Bed - Shut up (Mix #13)
Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev - Shostakovich : Symphony No. 8
Muzi - Zeno
Lesneu - Bonheur ou tristesse
MAALERS - Super Lache EP
Volin - Cimes
Tropical Mannschaft - Chapter 3 EP
Popa Chubby - It's a mighty hard road
Artús - Cerc
Eskimo - Que faire de son coeur ?
Christophe Chassol - Interview

• Edition du 2020-03-29 :
Daniel Roméo - The Black Days Session #1
Robin McKelle - Alterations
We are Birds - No return
Vincent Courtois - Robin Fincker - Daniel Erdmann - Love of Life
Bernard Minet - Metal Band
Faut qu'ça guinche - Sixième sens
Caesaria - Connection Loss EP
Hailu Mergia - Yene Mircha
François Puyalto - 44
Jean-Baptiste Soulard - Le silence et l'eau
Péroké - Coco Bans - Al-Qasar - Sélection de clips
Pearl Jam - Gigaton
 

• Archives :
GoGo Penguin - Atomised Single
KOKOROKO - Single Carry me home
Michael Fine - Five for Five
Bon Voyage Organisation - La course
Duplessy & The Violins of the World - Brothers of String
Valentin Vander - Mon étrangère
Ceylon - Où ça en est ?
Julie Campiche Quartet - Onkalo
Coralie Royer - Blossom EP
Lion's Law - The Pain, the Blood and the Sword
Listen in Bed - A Milli (émission 11)
Goodbye Moscow - L'univers
Panic Party - Ep1
Klub des Loosers - Single / clip Champion
Monophonics - It's only us
Elodie Vignon - D'ombres
Laurianne Corneille - Robert Schumann : L'hermaphrodite
Manuel Anoyvega Mora - Cuba Cuba
Chassol - Ludi
Un Poco Loco - Ornithologie
Ludivine Issambourg - Outlaws
Diana Damrau - Richard Strauss : Lieder
Jordan Rakei - Origin (Deluxe Edition)
Coeur - Kawaii karma
BEBLY - ULDO EP
Pearl Jam - Viagra Boys - The National - SLIFT - Toybloïd - En bref cette semaine
Cabane - Grande est la maison
King Biscuit - Hammer It !
Pierre de Bethmann Trio - Essais Volume 3
Jean-Louis Murat - Baby Love
- les derniers albums (5994)
- les derniers articles (149)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1087)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=