Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Delenda
Bar Three  (Paris)  18 octobre 2004

Rappelez-vous le concert évènement de Froggy's Delight du mois de février, ayant réuni Kevin Coyne et Jeffrey Lewis (Dieu que ça passe vite !). Vous étiez venus si nombreux que nous avions bien évidemment envie dé réitérer.

Mais c'était sans compter sur les vicissitudes pour trouver une salle qui veuille bien nous accueillir. Et bien voilà qui est fait !

Le Bar Three et son patron Tim nous ont fait confiance. Situé en plein quartier Odéon, le Bar Three se trouve niché en sous-sol dans un mini essaim de vieilles petites caves voutées en pierres, des vraies, qui ont été confortablement parsemées de banquettes et de fauteuils en velour pourpre.

La plus grande est dédiée à la scène de plain pied permettant aux plus chanceux et aux plus motivés de voir leurs stars préférées, yeux dans les yeux, et les petites caves annexes permettent aux autres de profiter pleinement du concert sans risquer la phlébite. Un bar, situé bien en arrière, permet fort judicieusement de réduire ses nuisances sonores tout en étanchant la soif des spectateurs.

Annulations de dernière minute, indisponibilités diverses, nous ont amené à remanier l'affiche à diverses reprises et nous avons finalisé en 48 heures un joli petit show rock'n roll en diable. Tant pis pour ceux qui n'étaient pas là !

En première partie, Pierre et Marie, légers, gracieux, inspirés on vous raconte tout ici ... Revenez quand vous aurez fini pour la suite...

Après une installation ultra rapide, les Delenda arrivent sur scène. Comme l'endroit est exigu, ils n'ont pas pu laisser leur trac dans les loges alors ils l'ont pris avec eux, tremblements inclus. Mais, rusée, Anne la chanteuse en joue "Vous voyez comme je tremble, j'ai très très peur" annonce t elle ... Vivi, les chocottes bleues !

Qu'à cela ne tienne, n'ayant visiblement finalement pas si peur ou alors n'ayant qu'une vague conscience du risque, le duo Anne et Thierry, moelle épinière de Delenda, et en l'occurence seuls sur scène ce soir, ouvrent avec une reprise culottée bien comme il faut (genre super moulante sans string) du "About a girl" de Nirvana version acoustique qui n'aura pas à rougir face à sa célèbre interprétation unplugged par feu Kurt Kobain lui même.

Le public qui remplit la presque trop petite cave du bar Three semble séduit, trouve d'emblée ses repères grâce à cette intro de choix et les Delenda en profitent pour placer 3 titres parmi les plus fédérateurs de leur répertoire, à savoir "Smart leader" (version française s'il vous plait) enchaîné avec le tubesque "Lost" et le non moins sautillant "Sunshine".

Thierry, extrêmement concentré, lance impeccablement les "bandes" (à la façon des Kills, on peut pas tout faire quand on est seulement 2 sur scène) et joue tour à tour de la guitare (acoustique, électrique) et de la basse. Anne, se lâche petit à petit et sa voix prend de l'assurance tandis qu'elle s'adresse au public entre chaque morceau pour nous parler par exemple de ses notes afin de se synchroniser aux morceaux ou de nous annoncer le titre suivant, notamment cette fameuse chanson dont elle a du mal à retenir les textes tant ils sont "pffffffffff" (je cite).

Fameuse chanson à plus d'un titre puisque après s'être attaqué au mythe grunge, les Delenda se lancent sans complexe dans une reprise magistrale de "Israel" de Siouxsie and the Banshees. Et quelle reprise, la voix est impeccable, le jeu de Thierry irréprochable et le public totalement enthousiaste.

Comme si cela ne suffisait pas, ils enfoncent le clou avec le tellement classique et repris "Tainted love" qu'il est difficile d'en faire une relecture originale. Sans être totalement décalée par rapport à la version de Soft cell, cette version apporte une certaine fraîcheur et une spontanéité dont est totalement dénuée l'originale.

En revanche, d'originalité il est question dans la reprise qui suit. Décidément, les Delenda osent et là où le gratin du rock s'est cassé les dents, les Delenda s'en sortent brillamment avec une reprise un peu décalée version raggae de "Riders on the storm" des Doors, à découvrir en toute hâte. Cette série de reprise sera terminée par un "Ashes to ashes", de ce cher David Bowie, revisité impeccablement.

Pas mal de reprises dans ce set donc, pourtant les Delenda n'ont pas à rougir de leur répertoire et "Qui mord", "Les loups" ou encore "Kultur" enchaînés ont une puissance énorme pourtant bien mal rendue par le trop faible volume sonore général.

Nous découvrirons même un morceau tout nouveau "répété jusqu'à 3h30 du matin la veille" intitulé "2nd chance", dense et dansant comptant incontestablement parmi leurs meilleurs titres.

La fin du set se fera dans la bonne humeur générale avec des reprises informelles quasi acoustiques des Libertines, Cake, George Gershwin ou encore Nancy Sinatra et surtout "Les loups" et "Smart leader" revisités et débarrassés de toute pression dans des versions plus incisives.

Aaaaaaaaah la voix d'Anne ! Et comme ainsi parlait ...non pas Zarathoustra... C'est trop bête vous auriez dû venir !

Un groupe à suivre donc avec espérons un disque disponible pour vos oreilles curieuses d'ici le début de 2005 !

...et restez branché pour les prochains concerts estampillés Froggy's Delight !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Démo 6 titres de Delenda
Articles : Le 22 novembre, Froggy's delight est de sortie - Delenda - Zlot - La malle à malice
Delenda en concert au Bar Three (22 novembre 2004)
Delenda en concert au Bar Three (24 janvier 2005)
Delenda en concert aux Blancs Manteaux (25 mars 2006)
Delenda en concert aux Blancs Manteaux (18 mai 2006)
L'interview de Delenda ( mars 2004)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=