Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bertrand Belin - Françoiz Breut
Le Trianon  (Paris)  mardi 15 décembre 2015

Il y a fort longtemps, une décennie, quelque part dans un studio d'enregistrement parisien, j'avais eu la chance de faire partie des quelques happy few ayant assisté au showcase de lancement du premier album de Bertrand Belin.

Belin avait déroulé quelques titres, un peu timidement avec quelques petites saillies verbales, déjà histoire de se détendre. Tout timide ensuite pour affronter le public venu le féliciter. Je me souviens que Benabar était là. Belin était son guitariste à l'époque (eh bien oui, dans la vie, Benabar a plutôt l'air sympa pour répondre à la question que vous vous posez secrètement).

Belin, on l'a suivi ensuite de concerts avec Fantazio en albums, en passant par une belle session dans le noir de l'Hypernuit. Un Parcs et un Cap Weller plus tard, cette soirée au Trianon signait les retrouvailles par scène interposée. Non sans crainte tant on avait peur que le garçon ait un peu changé de cheval pour aller galoper sur des terres moins arides mais moins propices à la poésie musicale du bonhomme (un peu chiante m'avait-on soufflé dans l'oreillette).

Première chose rassurante autant qu'étonnante, le Trianon est archi plein ! Voilà qui est agréable à voir pour un artiste somme toute pas des plus accessibles musicalement parlant. Mais il est des mystères heureux. Autre joie de la soirée. Françoiz Breut jouait en première partie accompagnée de Stéphane Daubersy du groupe belge Miele et, cerise sur le gâteau, de Christian Quermalet le temps d'un duo. 30 petites minutes mais on sait déjà que la soirée sera bonne quoi qu'il arrive. Toujours autant de charme chez Françoiz Breut et une voix tellement envoûtante. Deuxième surprise de la soirée, le public ne semble vraiment pas là par hasard et apprécie en connaisseur. Ça fait du bien.

Belin arrive enfin accompagné de son groupe (dont la remarquable Tatiana Mladenovitch - Fiodor Dream Dog - à la batterie) sur une scène à la déco élégante aux couleurs de Cap Weller. Classe. Démarrage à froid impeccable, sans forcer avec un Belin à l'aise et heureux sur scène. Il déroule son chant et son jeu de guitare accompagné d'un jeu de jambe inimitable avec tant de facilité que c'en est presque insolent. Mais quel plaisir de le retrouver ! "Hypernuit" se paie le luxe de débarquer quasiment en début de show, c'est que Belin commence à avoir quelques classiques à aligner, pas besoin du "tube" pour le rappel. Classe, ça aussi.

Tout comme les intermèdes parlés, entre les morceaux mais surtout pendant, qui vous cueillent comme un fruit mûr. Surprenantes d'abord, ces interventions, toutes sur un même modèle qui, par sa répétition, devient totalement hypnotiques. Il y sera question de cette fameuse histoire du pis de vache de "Hypernuit", de solitude ou une chambre qui n'est pas la sienne notamment. Drôle et absurde comme du Rollin.

Belin nous mène en tout cas là où il veut et on n'y oppose aucune résistance. Portés que nous sommes par son élégance nonchalante, son jeu de guitare parfait, sans jamais jouer les Guitar Hero, même quand il se met à genou devant ses musiciens. Musiciens également impeccables, rendant le concert beaucoup plus rock et immédiat que les versions disques, ce qui est parfait. Les chansons sur disques nécessitant d'être apprivoisées, écoutées et réécoutées. Ici, c'est immédiat, ça claque, ça vous secoue. On pense à Bashung, Rodolphe Burger mais surtout à Murat dans cette façon de relire ses morceaux différemment (la tournée Mustango faisant office de référence) sur scène, prise de risque face au spectateur qui a parfois du mal à retrouver ses repères mais ultra jouissif de redécouvrir les morceaux plein d'énergie, d'autodérision portés par le plaisir évident des musiciens et de Belin d'être là.

Le groupe nous tient en haleine du début à la fin sans aucun temps mort, sans jamais ressentir le moindre flottement ou la moindre lassitude. Belin s'éclate et nous avec dans un grand show rock'n'roll qui rendrait presque l'album fade s'il n'avait pas d'autres qualités ! À voir sur scène donc sans hésitation lors de sa tournée 2016 !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Bertrand Belin
La chronique de l'album La perdue de Bertrand Belin
La chronique de l'album Hypernuit de Bertrand Belin
La chronique de l'album Cap Waller de Bertrand Belin
La chronique de l'album Persona de Bertrand Belin
Bertrand Belin en concert au Studio Acousti (Showcase) (15 février 2005)
Bertrand Belin en concert à l'Espace Jemmapes (17 mai 2006)
Bertrand Belin en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
Bertrand Belin en concert à La Flèche d'Or (mardi 26 juillet 2012)
Bertrand Belin en concert à Colisée (7 mars 2013)
L'interview de Bertrand Belin (samedi 9 mars 2019)
La chronique de l'album A l'aveuglette de Françoiz Breut
La chronique de l'album La chirurgie des sentiments de Françoiz Breut
Françoiz Breut en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (mercredi)
Françoiz Breut en concert au Nouveau Casino ( 15 mai 2009)
Françoiz Breut en concert au Café de la Danse (lundi 18 février 2013)
La conférence de presse de Françoiz Breut (20 avril 2005)
L'interview de Francoiz Breut (3 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Bertrand Belin
Le Facebook de Bertrand Belin
Le site officiel de Françoiz Breut
Le Soundcloud de Françoiz Breut
Le Myspace de Françoiz Breut
Le Facebook de Françoiz Breut


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Bertrand Belin (5 octobre 2010)
Bertrand Belin (1 octobre 2009)


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=