Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lisa Germano
Interview  (Paris)  17 mai 2003

Fragile petit tanagra malgré ses doc martens, Lisa Germano a eu la gentillesse de nous accorder quelques minutes lors d'une interview avant son passage sur la scène de la Guinguette pirate.
Auteur, compositeur, interprète, elle vient de sortir son quatrième véritable album, Lullaby for liquid pig.


Pourquoi as tu décidé de faire carrière dans la musique ?

C'est comme ca, c'est juste ce que je fais. Mais je travaille aussi dans une librairie quand je ne suis ni en promo ni en tournée.

Mais, pour moi, la musique est réellement le meilleur moyen pour communiquer avec les autres. Depuis que je suis toute petite c'est comme ça.

Et pourquoi le violon ?

J'ai commencé par jouer du violon mais je n'en joue plus du tout ou vraiment de manière très occasionnelle. Je veux me consacrer entièrement à l'écriture et au chant. Parce que c'est vraiment trop difficile de chanter tout en jouant du violon.

Pourquoi enregistres-tu ou joues-tu souvent avec des groupes ou des artistes émérites tels que Giant Sand, Neil Finn, Eels ou David Bowie ?

C'est amusant et vraiment merveilleux de jouer avec eux au sein d'un groupe surtout quand j'apprécie leur musique. Je joue alors du violon. Je suis la petite touche supplementaire dans le groupe.

C'est bien de faire les deux parce que ma musique est plus introspective et que le fait de jouer en groupe participe de l'extériorisation. Le meilleur, le dernier avec qui j'ai joué c'est Neil Finn de Crowded house. Je connais très bien sa musique

Tu joues donc encore du violon mais uniquement au sein d'autres formations ?

Non, je joue aussi dans mes morceaux mais jamais en live. J'enregistre le violon pour mes albums en studio.

Quel a été le processus d'élaboration de ton dernier album ?

Cela a duré deux ans et demie car au début je ne pensais pas faire un album. J'écrivais uniquement.
J'écrivais des chansons qui avaient une signification profonde pour moi. Cela a pris plusieurs mois. Je n 'ai pas écrit tous les morceaux en même temps ni même dans le but de faire un album. Ecrire en pensant à un prochain album est pénible parce que cela génère une forte pression et quand les chansons ne sont pas bonnes cela engendre des frustrations.

Les mots vous emportent souvent loin mais parfois ça ne conduit nulle part. Il a fallu que les choses se décantent pour qu'apparaisse un sens. Ensuite j'ai décidé de faire un album quand je me suis rendu compte que j'avais quand même pas mal de matériel.

Comment as-tu trouvé le label Ineffable ?

Tony Berg est venu à la librairie où je travaille, il y vient souvent. Je savais qu'il était dans le milieu musical. Il m'a demandé quels étaient mes projets. Je lui ai dit que j'écrivais et il a insisté pour savoir si je pouvais lui faire écouter quelques morceaux. Alors je lui ai fait écouter quelques chansons qui étaient prêtes et il a été enchanté ! J'ai été la première artiste sur ce label !

J'ai eu beaucoup de chance d'autant qu'il m'a laissée libre dans le choix des chansons. Parce que en fait, il n'a qu'une license de distribution sur mon disque ce qui me laisse totalement libre de choisir ce que je veux faire. Je finance le disque et il m'appartient toujours. J'ai invité mes amis et on a enregistré cet album.

Tu n'es plus avec 4 AD alors ?

4AD sont des amis, notamment Ivo, on se parle souvent au téléphone.

Le problème c'est qu'ils ne peuvent pas garder des artistes quand leurs albums ne se vendent pas. Devant les méventes de mon dernier disque "Slide", ils n'ont pas pu renouveler rmon contrat.

Que penses-tu de 4AD ?

4AD est un label très spécial et unique. Il n'y en a vraiment pas beaucoup comme ça. Les artistes sont très différents avec chacun leur personnalité mais quand on écoute tel ou tel disque de 4AD on sait tout de suite que c'est 4AD. C'est très rare.

J'apprécie surtout le fait qu'ils ne produisent pas des quantités de disques mais qu'ils effectuent un vrai choix parfois même en sortant des éditions limitées. C'est plus de l'art que du marketing.

Certains sont très déçus par les labels et leur politique de marketing. Moi, je les apprécie. Je pense que si quelque chose n'a pas marché j'en suis responsable et quelque part c'est un peu ma faute et 4AD n'a pas pu continuer avec moi.

Je pense que chacun d'entre nous essaie de faire son possible mais c'est vraiment un metier très difficile.

Ecrire constitue-t-il toute ta vie ?

Non, mais c'est la chose qui me permet de me sentir le mieux et communiquer avec les autres. J'en ai besoin, c'est comme une thérapie.

Ecris-tu tous les jours ?

Non, pas du tout. Je joue tous les jours mais je reste ouverte à ce qui passe autour de moi.

Je pratique mes chansons tous les jours comme la pratique quotidienne d'un instrument car sinon j'oublie mes chansons. En période de concerts, je répète d'autant plus les chansons de la play list.

Pour la composition, généralement, tu joues et parfois des trucs te viennent comme ca....

Et quand tu décides d'écrire de nouvelles chansons ?

C'est une drole de sensation. Ca vient comme ca, vous jouez, vous écrivez une phrase ou chantonnez une mélodie et tout à coup vous vous dites Ok celle la elle est bonne, faut que je l'enregistre sinon apres je l'oublie et c'est foutu. C'est comme un cadeau à chaque fois.

Parfois, je peux écrire une chanson entière comme ça, d'un seul coup. Parfois, ça peut prendre beaucoup de temps, je sors les enregistrements, je retravaille dessus....

Tes chansons sont-elles autobiographiques ?

Oui, elles résultent de mon besoin d'exprimer quelque chose, mon besoin de trouver certaines réponses à certaines questions.
Mais j'ote toutes les réferences trop personnelles comme les noms par exemple. Je pense que l'intime relation personnelle avec une chanson peut également être celle d'une autre personne.

Je sais que d'autres peuvent epprouver le même sentiment . J'ecris mes chansons comme ça, elles partent de quelques chose de tres personnel et j'en fais quelque chose qui peut toucher d'autre gens. Je sais qu'elles sont finies quand j'arrive a prendre de la distance avec elles; je sais alors que ça me touche comme ça peut toucher n'importe qui.

Aimes-tu jouer en live ?

Oui, le public espère entendre un bon concert, Cette tournée est l'une des meilleures que j'ai faite car les gens sont vraiment très attentifs. Je ne sais pas ce qu'il en sera ce soir parce qu'il y a un bar et cela pourrait être un peu bruyant. J'ai joué la semaine dernière à Londres et je ne pouvais en croire mes yeux tant la foule était dense et attentive, silencieuse. Mais ce soir, je ne sais pas, j'essaierai de faire de mon mieux.

Ecris-tu des textes autres que des chansons ?

Non. Je ne sais pas faire. Je ne sais écrire que des choses simples et courtes. Ecrire des livres est complexe et inimaginable pour moi.

Les chansons ne sont-elles pas de petites histoires ?

Chacun de mes albums est une histoire. J'essaie de mettre dans les albums ce que je porte en moi, dans mon esprit.

Comment et pourquoi as-tu choisi Neil Finn (Crowded House), Sebastian Steinberg (Soul Coughing), Wendy Melvoin (Prince), Johnny Marr (The Smiths), Joey Waronker (Beck) and Butch (Eels) qui ont apporté leurs contributions sur ton dernier album ?

Ce sont des amis. J'ai eu la chance de travailler avec beaucoup de musiciens.

Ils ont apporté de petites contributions (par exemple Neil Finn joue un peu de clavier sur un morceau) et je me sers de leur noms et de leur notoriété, c'est cool (rires). Je leur ai envoyé des maquettes , ils ont travaillés dessus chez eux et me les ont renvoyés !

Ils connaissent bien mes sentiments et ce que je veux faire. Ils n'en font pas trop sur le disque, c'est vraiment très bien. Mais pour cette tournée de toute facon je suis seule, je pouvais pas me permettre de faire suivre tout un groupe.

Es-tu satisfaite de ta carrière ?

Oui, très heureuse. Elle est petite mais j'en suis satisfaite car j'arrive à toucher le public lors de petits concerts. Certes, jouer dans de grandes salles, devant une foule, c'est amusant mais quand on est face a son public, vraiment tout prêt on se sent vraiment vivant.

Ma musique n'est pas faite pour les grandes salles mais quand je joue avec d'autres artistes c'est quand même agréable ! Comme avec David Bowie par exemple., je l'adore. Il est si créatif, et puis tellement curieux, excité. Quand vous faites un truc parfois il bondit "Oh super idée ! je veux ca !" ...c'est super !

Si tu ne disposais que de trois mots pour caractériser ta musique, quels seraient-ils ?

Mon travail en trois mots ?...... "I need it "

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Lullaby for liquid pig de Lisa Germano
Lisa Germano en concert à La Guinguette pirate (17 mai 2003)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=