Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Scènes de la vie conjugale
Théâtre de la Bastille  (Paris)  février 2014

Comédie dramatique de Ingmar Bergman, mise en scène par Frank Vercruyssen, avec Ruth Vega Fernandez et Frank Vercruyssen.

Frank Vercruyssen, la cheville-ouvrière du Collectif Tg STAN, a conçu avec "3 Pièces", un triptyque autour de la figure féminine.

Après "Mademoiselle Else" d'Arthur Schnitzer et "Nusch" de Paul Éluard, l'artiste flamand s'est accaparé une des œuvres cinématographiques majeures d'Ingmar Bergman, "Scènes de la vie conjugale".

C'est un défi majuscule qui s'offrait à lui. Car, si Bergman appartient à cette race de cinéastes qui ne se cache de penser très fort que le cinéma et le théâtre sont des arts frères qui entretiennent des rapports si étroits qu'on peut les qualifier d'incestueux, il faisait lui-même le choix de son support.

Donc, en l'occurrence, il avait considéré que "Scènes de la vie conjugale" était fait pour être filmé et non monté sur les planches.

Franck Vercruyssen réussit ce pari de montrer au grand maître suédois, sans aucun doute le plus grand cinéaste de l'après-guerre, que ses six heures disséquant la vie d'un couple pouvaient être transposées sur un plateau et condensées en deux heures et demie d'âpres engueulades et de trafics de sentiments sans concession.

Partant d'un film à l'esthétique délibérément télé, qui accumulait les gros plans et traquait les corps au plus près, Franck Vercruyssen et Ruth Vega Fernandez parviennent pourtant à un résultat théâtral magistral.

Évidemment, la qualité de leur adaptation est déjà pour beaucoup dans leur réussite. Ils ont opéré les bons choix, découpé presque cliniquement ce long parcours d'un couple modèle dont il est dit au départ que "le manque de problèmes fait problème".

Quand on connaît bien l'oeuvre de Bergman, on mesure tout le travail qu'a été cette transposition sans trahison. Quand on se souvient du couple originel de Bergman et qu'on a encore dans les yeux les visages de Liv Ullmann et Erland Josephson, quintessence des acteurs bergmaniens, on est admiratif devant la subtilité de l'interprétation de Frank Vercruyssen et de Ruth Vega Fernandez.

Les deux acteurs de tg STAN sont en effet vraiment à la hauteur de leurs modèles sans avoir besoin de les imiter. Ce qui fascine dans ce moment de théâtre qui fonctionne parfaitement c'est qu'on a tout de suite conscience que tout va fonctionner parfaitement. Tout ici est simple et évident. On s'habille d'un côté de la scène et on se nourrit de l'autre.

On déplace les tables et les chaises là où ils doivent être posés. On peut même se permettre un passage vidéo avec reconstitution d'une scène liminaire du film de Bergman qui ne cherche même pas à lui rendre un hommage clin d'oeil, mais qui s'attache simplement à traiter un moment-clé pour la suite de l'histoire.

Cette simplicité a quelque chose de chaleureux et on a constamment l'impression qu'il y a un échange secret entre la scène et la salle. A tel point que les petites imperfections du français de Frank Vercruyssen, qui fait le louable effort de jouer dans une langue autre que la sienne et qui doit parfois chercher ses mots, ajoutent de la connivence au spectacle, enlève de la distance entre acteurs et public.

Au bout du compte, on sortira de ces "Scènes de la vie conjugales" conquis par le travail de tg STAN et avec une double envie : celle, irrésistible, de suivre assidûment les activités de ce collectif hors normes et celle de se replonger dans le cinéma et le théâtre d'Ingmar Bergman, qui, sous le prisme de tg STAN, paraît ne pas avoir subir l'usure du temps et demeure d'une déroutante modernité.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=