Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Chine d'en bas
Liao Yiwu  (Editions Globe)  juin 2020

Liao Yiwu est un écrivain très particulier, considéré comme l’auteur le plus lu clandestinement. Né en 1958, il a été condamné à quatre ans de bagne pour avoir écrit un poème qui dénonçait le massacre de Tien’ammen. Torturé, emprisonné, puis contraint au silence et à la marginalisation, il a été obligé de partir s’installer en Allemagne, pays dans lequel il vit depuis 2011. Pendant plus de sept ans, il a interrogé en secret des survivants du massacre, parmi lesquels son ami Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix en 2010.

Les éditions du Globe qui nous gratifient toujours de superbes publications ont déjà publié deux ouvrages de cet auteur en 2019, Des balles et de l’opium et Dans l’empire des ténèbres. Le troisième, La Chine d’en bas, vient tout juste de sortir. Ici, ce n‘est pas un roman que nous propose l’auteur chinois mais un recueil d’entretiens et de confidences que l’auteur a eus avec ceux de la Chine d’en bas.

A l’heure d’une Chine moderne et glorieuse, reine de la mondialisation, le mot diceng qui signifie "bas-fonds" a été rayé du vocabulaire chinois. Officiellement, les marginaux, les mendiants, les truands, les lépreux, les proxénètes et les prostitués, les trafiquants d’êtres humains, les adeptes de secte, les experts du Feng shui n’existent plus. Les réformes du président Mao et de ses successeurs ont aboli toutes les catégories honteuses de la population.

Sauf que la réalité est ailleurs et Liao Yiwu l'a rencontrée. Tout au long des années 2000, au gré de ses séjours en prison, de ses errances dans la rue, de ses escapades et de ses petits boulots, il a sympathisé avec eux et il a recueilli leurs confidences. Il nous offre 28 entretiens avec 28 individus venant de tous horizons mais ayant comme point commun d’avoir été privés de liberté d’expression, réduits au silence, niés dans leur existence même. Ensemble, ils dressent un tableau burlesque, spirituel et déchirant d’une autre Chine, la Chine d’en bas.

Pour ceux qui connaissent mal la société chinoise, loin des clichés que peuvent véhiculer nos chaines d’informations, l’ouvrage de Liao Yiwu est une mine d’informations. Comme je le fais régulièrement avec ce type d’ouvrage, constitué de recueil d’entretien, je le lis dans l’ordre qui me plaît, en fonction des présentations des différentes personnes interrogées. Et je dois bien avouer que certaines professions ont attiré mon regard et ma lecture plus que d’autres. L’ouvrage débute aux côtés de ce que les chinois appellent un pleureur professionnel, un homme qui pratique le suona traditionnel, une sorte de hautbois chinois qui a un son qui crée une atmosphère d’affliction qui convient parfaitement aux funérailles traditionnelles. Il nous apprend d’ailleurs qu’il existe aussi en Chine des promeneurs de cadavres, l’auteur en rencontre d’ailleurs un dans la suite de l’ouvrage.

En prison, l’auteur a aussi rencontré un trafiquant d’êtres humains, activité pratiquée surtout en milieu rural aujourd’hui, qui concerne surtout les femmes. Il a aussi échangé avec un gérant de toilettes publiques, métier dans lequel on passe une majeure partie de sa vie à s’occuper d’excréments humains. Avant l’utilisation des engrais, les excréments humains étaient précieux et on apprend qu’il y avait même des gens qui les volaient.

Parmi les entretiens qui m’ont beaucoup intéressé, passés ceux avec un lépreux ou un paysan, se trouvent celui concernant un expert en Feng Shui, âgé de 90 ans mais aussi celui d’un ancien dirigeant de la ligue de la jeunesse communiste et enfin celui d’un professeur de lycée.

Evidemment, les autres personnes rencontrées n’en sont pas moins intéressantes, elles nous permettent d’apprendre des choses sur des événements de l’histoire de la Chine (la famine entre 1958 et 1961), les souffrances lors de la prise du pouvoir des communistes, l’existence de l’ethnie Yi en Chine, le système des hukou (les permis de résidence), le fonctionnement de la Garde rouge et enfin l’activité des passeurs de frontière.

Alors voilà, l’ouvrage de Liao Yiwu est tout simplement passionnant, je me suis régalé et j’ai appris énormément de choses concernant la société chinoise. L’auteur a su porter une oreille attentive à tous ces chinois qui font partie de la Chine d'en bas, leur permettant de s’exprimer avec une grande sincérité pour nous raconter leur vie.

N’ayant pas les deux ouvrages précédents de l’auteur, je me suis empressé après la lecture de celui-ci de me les commander pour prolonger le plaisir de lecture que j’ai pu avoir avec La Chine d’en bas.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Dans l'empire des ténèbres" du même auteur
La chronique de "La Chine d'en bas" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Liao Yiwu


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=