Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Guilty of romance
Sono Sion  juillet 2012

Réalisé par Sono Sion. Japon Drame. 1h52. (Sortie 9 mai 2012). Avec Megumi Kagurazaka, Miki Mizumo et Makoto Togashi.

Si l'on veut résumer "Guilty of romance" par une formule, on peut écrire que "c'est Belle de Jour au pays du soleil levant".

Une jeune mariée nipponne est soumise à son mari, un écrivain brillant qui a réglé leur vie commune selon un étrange cérémonial. Gare à elle, si elle ne fait pas attention à l'ordre des choses et à la place des chaussons sur le paillasson.

On se doute vite que ce bel agencement bourgeois, excessivement et anormalement ritualisé, cache une part maudite. "Guilty of romance" est un récit cruel, une sorte de "Jardin des supplices" d'Octave Mirbeau plongé dans l'univers du "Giallo".

Les amateurs de ce cinéma italien qui mêlait luxure et cruauté, faisant courir la froide lame d'un couteau brillant sur les chairs palpitantes de jeunes vierges dans une atmosphère de cuir et de fouet, trouveront ici les recettes correspondantes, épicées à la sauce japonaise.

La jeune épouse s'enfoncera dans les bas-fonds les plus sordides, entraînée dans les pires dépravations par une universitaire aussi sublime que perverse. Eros voisinera bien entendu avec son compère Thanatos, la maison des perversités avec la poésie la plus subtile.

Chant d'amour désespéré dans l'ambiance kitsch des "love hotels" tokyoïtes, "Guilty of romance" de Sono Sion touchera profondément ceux qui admettent que l'amour et la mort ne sont pas des contraires et peuvent jouer ensemble une partition dangereuse. Evidemment, comme toujours dans ce genre de cinéma de genre, il faut accepter les présupposés et les clichés, ne pas les évacuer d'emblée et les réfuter en ricanant.

Dans "Guilty of romance" de Sono Sion, on n'est pas loin de l'opéra et de ses canevas impossibles voire ridicules.

En n'acceptant pas les minces arguments de Tosca ou de Madame Butterfly, on passe à côté d'un art à la fois raffiné et trivial trouvant son apothéose dans le chant d'amour et de mort des grandes divas. Ici, c'est pareil : l'univers de Sono Sion paraîtra factice à certains alors que d'autres y verront l'expression la plus déchirante et la plus noire illustrant l'impasse de l'amour physique.

Connu principalement par "Suicide Club", film qui reste tenace dans la mémoire de ceux qui l'ont vu, Sono Sion est l'auteur d'une bonne vingtaine de films. On aimerait qu'ils soient à leur tour visibles car "Guilty of romanc" révèle indéniablement une écriture.

Maître ou petit maître, peu importe : ce cinéma sulfureux et sexuel, ennemi du tiède et du mitigé, est à découvrir, à aimer ou à détester comme un bouquet de fleurs du mal d'aujourd'hui. Mention fantasmatique spéciale aux deux très belles Megumi Kagurazaba et Makoto Togashi qui donneraient envie de tâter des amours de perdition si on avait la garantie qu'elles en fussent l'enjeu...

/td id="fincorps">
 

Philippe Person         
Nouveau Actualités Voir aussi Contact

O

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
 
Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent

Entre 2 tours de scrutin, il reste du temps pour découvrir notre sélection culturelle hebdomadaire. Cette semaine, c'est aussi le retour des sessions Froggy et ça fait plaisir !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Baptiste Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agrémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
We Hate You Please Die, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols
et toujours :

"Nos courses folles" de Les Fouteurs de Joie
quelques clips avec Lux, Tramhaus, Coeur Joie, Mélys, Resto Basket
"Ravage club" de Ravage Club
"A life of suitcase" de The Rapports
"The giant rooster" de Trigger King
"Homecoming" c'est le 31ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

Cinéma avec :

"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=