Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Histoire de l'Art - Les Grands Maîtres de la Sculpture moderne
  

#1 : Auguste Rodin

En 2017, le Grand Palais présentait la rétrospective "Rodin - L'exposition du centenaire", année anniversaire de la mort d'Auguste Rodin considéré comme le père de la sculpture moderne.

Sont disponibles en podcast :
la conférence de la commissaire d'exposition Catherine Chevillot
autres conférences

et en vidéo :

la visite guidée de l'exposition avec Hélène Pinet, chef du service de la recherche du musée Rodin.
le documentaire "Rodin monumnetal" réalisé par Christophe Busche dans le cadre de la série "La grande Expo"
et la contre expo par l'historien dde l'art Guillaume Peigné

#2 : Antoine Bourdelle

La demeure-atelier-musée d'Antoine Bourdelle avec une collection permanente indoor, et outdoor dans les jardins, offre un très beau lieu pour les expositions dédiées qui invitent à (re)découvrir l'oeuvre d'une figure majeure de la sculpture moderne, sa maîtrise de la construction des formes et du renouvellement de l'épique qui, de plus, fut un passeur de mémoire et un pédagogue inspiré.

Ce qui constituait le coeur réflexif de l'exposition présentée en 2018 "Transmission/Transgression - Maîtres et élèves dans l'atelier"

Elle s'inscrivait dans le prolongement d'expositions thématiques telles "Bourdelle et l'Antique - Une passion moderne" sur la réinvention du patrimoine spirituel et plastique de la Grèce antique,

"De Bruit et de Fureur - Bourdelle sculpteur et photographe" consacrée à l'expressivité tragique des oeuvres bourdelliennes

et "Bourdellle intime"

à voir en vidéo :

la visite des expositions commentée par les commissaires : "Bourdelle et l'Antique - Une passion moderne"
"Transmission/Transgression - Maîtres et élèves dans l'atelier"

et "Héraklès Archer" une oeuvre décryptée par Colin Lemoine, responsable des sculptures au Musée Bourdelle dans le cadre d'un cours de la série "Les Paris de l'Art"

En savoir et en voir plus sur le site du Musée Bourdelle

#3 : Alberto Giacometti

Placée sous obédience cubiste puis surréaliste, l'oeuvre d'Alberto Giacometti, formé à l'Ecole des beaux-arts et à l'École des arts et métiers de Genève puis à l?Académie de la Grande Chaumière où enseigne Antoine Bourdelle dont il fréquente l'atelier, et pour qui "Une sculpture n?est pas un objet, elle est une interrogation, une quête, une réponse", est indissociable du motif de l'Homme qui marche.

En 2018, le Musée Maillol et la Fondation Giacometti organisait l'exposition rétrospective "Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" mettant en évidence son inscription entre le classicisme et l'abstraction néo-plastique en regard d'une mise en résonance avec la statuaire de son temps.

Et en 2020, la Fondation Giacometti consacre une exposition qui réunit, de manière exceptionnelle et sans doute unique, toutes les sculptures de l'Homme qui marche grandeur nature depuis le prototype de 1932 jusqu'aux réalisations iconiques de la fin des années 1950 et la plupart des variations sculptées et dessinées.

en audio : l'entretien d'Alberto Giacometti avec Georges Charbonnier

en vidéo :
le documentaire "Giacometti dans son atelier" réalisé par David Sylvester
le documentaire "Alberto Giacometti et le mouvement surréaliste" de Culture Tube

oeuvres commentées et dossiers thématiques sur le site de la Fondation Giacometti

#4 : Constantin Brancusi

Né en Roumanie, Constantin Brancusi pratique la scupture en pierre par taille directe, en bois et fonte façonnés et polis à la main, et ce sans apprenti ni atelier tel celui de Rodin et de Bourdelle qui préparent l'ébauche, il a dégagé les fondements de la sculpture contemporaine quant à la fonction du socle qui projette la sculpture dans l'espace et l'utilisation des formes géométriques primordiales.

Et s'il évolue de l'archaisme et l'aspect primitivisant ("Le Baiser") à la sublimation de la forme ("La Muse endormie") et pose les premiers jalons de l'abstraction, il ne se départit jamais de sa conception de l'art comme un médium sacré en relation avec la spiritualité de l'âme que magnifie la "Colonne sans fin" reliant le temporel à l'infini.

Installé définitivement à Paris en 1904, il y établit son atelier, atelier qui, a été reconstruit à l'identique en 1997, après la première rétrospective organisée en France en 1995 par le Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou.

en vidéo Brancusi dans son atelier

L'Atelier Brancusi constitue une glyphothèque annexe du Centre Pompidou et présente, en accès gratuit, plus d'une centaine de sculptures et socles originaux ainsi que des dessins et de nombreuses plaques et tirages photographiques.

Plus récemment, l'oeuvre de Brancusi a fait l'objet d'une exposition au MoMA en 2018 comprenant 11 sculptures dont "Oiseau dans l'espace", un de ses thèmes récurrents et le "Poisson" reproduit sur l'affiche.

l'exposition en images

Et dans le cadre du festival Europalia Romania 2019, le Bozar à Bruxelles a programmé la rétrospective monographique "Brancusi. Sublimation de la forme" avec les œuvres maîtresses de Brancusi.

l'exposition en vidéo

 

#5 : Aristide Maillol

Peintre nabi, Aristide Maillol s'engage dans la sculpture au mi-temps de sa vie, art qui lui apportera la consécration lors de l’Exposition universelle de 1937 à Paris avec ses oeuvres installées dans le nouveau Musée National d’Art Moderne installé au Palais de Tokyo récemment édifié, et l'érige en maître de la sculpture moderne par sa rupture avec la sculpture du 19ème siècle à l'instar de son homologue Auguste Rodin et précurseur de l'abstraction.

"Rodin Maillol - Face à face" au Musee d’art Hyacinthe Rigaud à Perpignan en images

Maillol au travail, extrait du documentaire "L'Atelier du Midi" de Florence Mauro réalisé pour l'exposition "Le Grand atelier du midi" en 2013 au Musée Granet

Ressortant au genre du nu féminin, ses oeuvres monumentales sont connues du grand public notamment depuis 1964 avec la décision d'André Malraux, alors ministre des Affaires culturelles, d'installer une vingtaine de sculptures dans le Jardin des Tuileries dont celles intitulées "La Rivière" et "L'air" au corps en équilibre instable, à la suite du legs par Dina Vierny, son modèle et sa muse, qui était sa légatrice universelle.

A la suite de la mort de l'artiste, Dina Vierny se consacre à la diffusion de son oeuvre en créant la Fondation Dina Vierny - Musée Maillol à Paris et restaurant sa dernière demeure de Banuyls-sur-Mer devenue le Musée Maillol de Banuyls avec sa collection permanente ouverte au public.

Et il organise régulièrement des expositions temporaires thématiques telle celle "Maillol, dessins" en 2016.

En 2016 également, le Musée de Céret avait présenté l'exposition posé l'exposition "Maillol, Frère, Pons, Une Arcadie catalane"

à voir également :
le documentaire "Aristide Maillol, Dina Vierny, un pygmalion et sa muse" de Frédéric Alvarez

#6 : Ossip Zadkine

En 2018, l'exposition "L'instinct et la matière" conçue et présentée en sa maison-atelier parisienne devenue musée présentait, de la matière brute de la "Tête héroïque" de 1909 aux "Sculptures pour l’architecture" de 1967, l'évolution plastique, du primitivisme nourris d'archaïsmes à la sculpture moderne, de l'oeuvre d'Ossip Zadkine (1890-1967) considéré comme un des maîtres de la sculpture cubiste.

Avec celles intitulées "Etre pierre" et "Le rêveur de la forêt" elle composait une trilogie muséale ordonnée sur "l'exploration des matérialités créatrices" et l'oeuvre prolifique de Zadkine, notamment de 400 sculptures réalisées sur cinq décennies, inscrite dans la conception de l'art sacré par un dialogue épiphanique avec la matière.

La matière est celle que produit la nature : la pierre, symbole du corps-squelette de la Terre-Mère dont tout naît, et le bois enraciné verticalement dans son sol pour s'élancer vers les étoiles, métaphore de la quête de spiritualité de l'homme.

Par la taille directe, Zadkine en révèle et libère la forme qu'elle recèle, ce qu'il indique comme "la forme dans la forme" car "du dialogue avec la matière naît le geste de l'homme".

à voir en vidéo :
la visite virtuelle du Muse?e Zadkine a? Paris
un panorama des oeuvres de Zadkine
en savoir plus sur le site du Musée Zadkine

Des oeuvres de Zadkine sont également présentées dans le musée dédié sis aux Arques dans le département du Lot où le sculpteur a vécu et travaillé et qui organise des expositions telle celle "Métamorphose" à l'occasion du 50ème anniversaire de sa mort.

en vidéo : le documentaire "Ossip sculpté par le Quercy"

#7 : Alexander Calder

Avec la collaboration du Whitney Museum of American Art de New York, le Centre Pompîdou présentait en 2009 l'exposition "Alexander Calder - Les années parisiennes 1926-1933" consacrée aux années décisives au cours de laquelle l'ingénieur en génie mécanique reconverti aux beaux arts invente l'anti-sculpture.

En effet, il utilise le fil de fer pour créer une sculpture vide et mobile en suspension car détachée de son socle puis mécanisée et enfin motorisée et crée des stabiles, oeuvre tridimensionnelle monumentale composée par assemblage de formes en équilibre qui figurent dans l'espace public mondial.

en vidéo : le tour d'horizon avec la commissaire Brigitte Béal

Cette esposition permettait notamment de voir les éléments qui composaient "Le Grand Cirque Calder" qu'il animait au cours d'une performance et qui a été ensuite immortalisée filmée par Jean Painlevé.

L'oeuvre d'Alexander Calder considéré comme la figure tutélaire des sculpteurs du mouvement réel et de la sculpture cinétique fait l'objet d'expositions régulières.

Telle la rétrospective "Calder" en 2009 au Palais des Expositions à Florence.

De même en 2016 la Tate Modern à Londres avec la monstration "Alexander Calder: Performing Sculpture"

 

 

D'autres monstrations s'avèrent thématiques comme "Le Monde de Calder" au Palazzo Medici Riccardi à Florence en 2018 mettant l'accent sur les relations de Calder avec l'Italie et "Calder Stories” au Centro Botín à Santander en 2019 sur les projets non réalisés de l’artiste.

en savoir plus sur l'oeuvre de Calder sur le site de la Fondation Calder

en savoir plus sur l'oeuvre de Calder sur le site de la Fondation Calder

#8 : Pablo Picasso

Dès sa jeunesse, Picasso ambitionne de devenir le génie du 20ème siècle avec une reconnaissance et une notoriété internationales de son vivant.

Et il met tous les atouts de son côté avec une production prolifique, voire stahkanoviste, qui se déploie dans la peinture bien évidemment mais également dans la sculpture pour laquelle il s'inscrira comme figure majeure du cubisme.

En 2015 le MoMA proposait, titrée "Picasso - Sculpture", la plus grande exposition présentée de sculptures de Picasso comprenant près de 150 oeuvres créées sur cinq décennies.

Suivent en 2016 et en 2017, les monstrations "Picasso sculpteur" au Centre Pompidou et "Picasso-Sculptures" au Bozar Palais des beaux arts de Bruxelles.

Et en 2018, le Musée national Picasso prenait le relais avec la monstration "Picasso-Sculptures"

Ce musée programme régulièrement des expositions mettant en résonance l'oeuvre sculptée de Picasso avec ses homologues de la modernité, tels Calder et Giacometti et prochainement avec Rodin qui se tiendra simultanément au Musée Rodin.

 

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet

Les 4 derniers journaux
- 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil
- 11 avril 2021 : Culture en résistance
- 4 avril 2021 : La Culture encore Chocolat
- 28 mars 2021 : Une heure de confinement en moins

# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=