Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Phil Manzanera
The Music 1972-2008  (Expression)  novembre 2008

Quel disque emporter sur une île déserte ? La question vous a sûrement déjà été posée (dans le même registre : "Quel meilleur album des Stones entre 1967 et 1972 ?" ou "Le meilleur disque de tous les temps pour faire la vaisselle").

A cette vraie question, je parviens toujours à la même (fausse) réponse : Roxy Music. Mais une île avec l'intégrale de Roxy Music est-elle vraiment déserte ? La vérité s'écrit forcément entre les lignes (de guitares).

Celles de Phil Manzanera. Je ne ferai l'affront ultime de vous présenter le personnage. Si ? Alors en deux lignes : Phil Manzanera n'est rien de moins que le guitariste de Roxy Music (vous l'aviez déjà compris), celui qui hanta longtemps mes nuits sur "le meilleur live de tous les temps" (from The Old Grey Whistle Test, 1972). Pour les plus curieux, des images d'archives existent. Un témoignage reste de cette époque où Manzanera portait des lunettes de mouche et décochait des solo qui avaient plus à voir avec un baiser de dieu qu'avec des licks de guitare glam.

Trente-six ans plus tard, Phil est toujours debout. Certes un peu moins perché, un peu moins Roxy. Toujours Music. Et si le groupe est encore en studio pour tenter d'enregistrer une suite au mythe, Manzanera n'a pas perdu la tête pour autant. Le souvenir doit s'écrire. Il porte un nom (sobre): The Music 1972-2008. Le best-of de Phil, en fait, comprenant un melting pot varié allant des titres de Roxy aux compositions solos. Jusqu'aux deux derniers albums solo de Manzanera passés sous silence par la presse, 6pm et 50 Minutes Later.

Voila pour la dévotion.

Mais que vaut vraiment ce double CD (accompagné d'un DVD) ? Que vaut le droit d'inventaire face au droit d'archive ? La question mérite bien d'être posée.

En choisissant de mêler (adroitement) titres de Roxy et compositions personnelles, voire inédits, Phil tire parfaitement son épingle du jeu ; le médiator vibre. L'auditeur aussi. Il est parfaitement impossible d'ignorer le talent resté intact. La patte Manzanera ? Rien de moins que le génie d'un anglais qui décida, un beau jour d'ignorer la modalité des modes. En résulte des productions personnelles totalement démodées ("Technicolor UFO") qui résiste comme un vernis passé au lance-flamme. "Miss Shapiro", sortie toute droite de 1974, n'a pas pris une ride, toujours aussi technique (le pêché mignon de Phil, la technique guitaristique acrobate) toujours aussi punchline. C'est à ce stade qu'on comprend que Manzanera décide à la fin du siècle dernier de chanter à son tour, peut-être lassé des facéties de Ferry. Le résultat ? Vous craigniez le pire, vous trembliez d'écouter un cinqua' croulant bredouiller des bouts de mélodie du haut d'un déambulateur ? No worries, "Love Devotion" (2004) est tout simplement l'une des meilleures chansons du double face. Cinquante-trois écoutes sur la platine en moins de trois jours. Véridique.

Véridique. L'album anthologie l'est. Tout autant que le son Phil Manzanera. Ce grain de flanger sur les guitares, cette étrange cornemuse qu'on entend déjà sur "Ladytron" (premier album de Roxy, souvenez-vous) et ces cordes faussement acoustiques. C'est Manza'. Un étrange mélange de Ry Cooder, Steve Vai, Santana et John Cipollina de Quicksilver Messenger Service. Tout cela se retrouve sans passer l'Océdar sur Music 1972-2008. La nostalgie camarade, elle n'existe pas chez Phil. Tout au plus frissonne-t-on à l'écoute de "Manifesto" ou "Running wild", période Roxy.

Oh bien sûr... il y a la période hispanique de Phil Manzanera. Chacun son fardeau. Les airs exotiques, le mariachi(ant) et le "happy together ensemble" qui sent bon le sentiment fraternel type we are the world avec casque pour tout le monde. C'est le versant "humaniste" de Manza qui ressort (vomit ?) sur le double album. Et confère à l'ensemble une tonalité disparate où se croisent chansons vieilles de trente ans (Roxy), compositions contemporaines (ses albums solos) et tentative de guitares altermondialistes (no comment).

Alors que The Music 1972-2008 aurait pu verser sur le mauvais coté du trottoir, genre "PowerPoint de ma carrière et champagne pour tout le monde", le double album est une magnifique pièce de collection pour les collectionneurs (sic) mais aussi pour l'ensemble de l'humanité. Cet homme est grand, il est anglais, c'est une partie du mythe inconscient et collectif. Amen, je rends l'antenne.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

L'interview de Phil Manzanera (22 octobre2008)
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
Roxy Music en concert au Festival Rock en Seine 2010 (dimanche 29 août 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Phil Manzanera
Le Myspace de Phil Manzanera


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Phil Manzanera (22 octobre 2008)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=