Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Océan au bout du Chemin
Neil Gaiman  (Editions Au Diable Vauvert)  octobre 2014

Neil Gaiman est resté un enfant, les mythes, les rêves l'ont toujours passionné. Une grande partie de son talent réside dans sa façon de se les approprier puis, de les transmettre passés au crible de son regard d'enfant. Un autre de ses talents est de nous faire redevenir enfant le temps d'un roman, avec une capacité d'émerveillement et un regard qu'on ne croyait plus possible.

Tout au long de ce récit, racontant les mésaventures extraordinaires d'un garçon de sept ans (dont on ne connaîtra pas le prénom) plongé, tiraillé entre un monde imaginaire et une dure réalité, la confrontation à la mort. S'ensuit un refuge dans l'imaginaire, nous plongeant au plus profond de ses peurs qui, elles, perdurent après l'enfance.

La magie de Neil Gaiman est de parvenir à faire vivre au travers de son écriture, les angoisses, la fuite de la réalité au moyen d'une écriture à la limite de l'enfantin, suffisamment pour que le lecteur s'identifie aux inquiétudes que représente le monde des adultes. Il en tire d'ailleurs une conclusion toute personnelle au travers de son héros ("La vérité, c'est que les adultes n'existent pas. Y'en a pas un seul dans tout le monde entier.") : nous sommes restés des enfants, mais nous avons préféré l'oublier. Les trois magiciennes qui viennent à son aide y figurent le monde "magique" et ses règles. Elles représentent le passé, le présent et l'avenir, ce dernier s'effacera d'ailleurs, comme une présence qu'on ne parvient à se représenter que de manière nébuleuse.

Durant la lecture de ce roman, le lecteur a, tout comme le héros, sept ans et s'émerveille de ce qui se passe autour de lui, spectateur de l'irréel, il en accepte les règles lorsque son quotidien rassurant bascule vers l'inconnu. C'est d'ailleurs peu ou prou ce qui arrive à la plupart des personnages de ses précédents romans.

Si vous voulez ressentir le goût, l'émerveillement de l'enfance et ses frémissements, ce roman remplit parfaitement son rôle. Neil Gaiman, en grand enchanteur des temps modernes vous transportera. Ce livre est pour ceux qui ont déjà lu et apprécié ses romans précédents. Pour ceux qui souhaiteraient poursuivre dans son monde, je vous recommande chaudement la lecture de Neverwhere et American Gods, des chefs-d'œuvre du genre.

A noter l'exposition des travaux de Dave McKean, illustrateur ayant travaillé avec Neil Gaiman à la galerie Martel à Paris.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Neil Gaiman
Le Facebook de Neil Gaiman


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 août 2017 : Comme un air de Week End

Cette semaine, avec son pont du 15 août, va ressembler à un long week end qui se termine en beauté par le festival de La Route du Rock. Voici quand même quelques petites chroniques à lire à vos heures perdues, entre 2 averses ou 2 concerts, avant la plage, après la sieste...

Du côté de la musique :

"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune
et toujours :
"La vie sur les os" de Géraldine Torres
"Goodnight Rhonda Lee" de Nicole Atkins
"Oh, Sealand" de Oddfellow's Casino
"Every valley" de Public Service Broadcasting
"A Rift in Decorum : Live at the Village Vanguard" de Ambrose Akinmusire
"A new kind of freedom" de The Celtic Social Club
Youri Defrance et Jupiter & Okwess, ni vus ni connus mais à découvrir
Pondichery Bomb en session de la semaine
Interview de François Floret à propos de la Route Du Rock 2017
dernier petit tour du côté des Vieilles Charrues

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Karel Appel - L'Art est une fête !" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Une femme douce" de Sergei Loznitsa
"Lumières d'été" deJean-Gabriel Périot
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=