Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dodsworth
William Wyler  1936

Réalisé par William Wyler. Etats Unis. Drame. 1h51 (Sortie 1936). Avec Walter Huston Walter Huston, Ruth Chatterton, Paul Lukas, Mary Astor , David Niven, Gregory Gaye et Maria Ouspenskaya.

A la Cinémathèque française, on peut entendre les habitués commenter la rétrospective William Wyler. Manifestement, nous sommes nombreux à n’être familiers qu’avec quelques œuvres de cette carrière monumentale.

William Wyler en 42 films, nous avons tous beaucoup à rattraper ! Commençons donc par "Dodsworth", un film rare, l’un de ceux dont on ne connaît quasiment rien, et qu’on découvre sans aucun a priori.

Le premier plan est une splendeur. Il y a un grand bureau, avec, au fond, une large baie vitrée. Par la fenêtre, on aperçoit la façade d’une usine. En larges lettres conquérantes, le nom "DODSWORTH" dessus. A la fenêtre, il y a un homme, de dos, qui regarde son empire. Un travelling avant commence ; la musique du générique, doucement, se mue en "Auld long sygn", la chanson déchirante des adieux. La caméra ne bouge plus.

L’homme, toujours de dos, toujours immobile, est à présent cadré en plan épaule, avec, à ses côtés, l’enseigne de l’usine. C’est un plan inoubliable, à l’architecture parfaite, où l’émotion gagne peu à peu, un plan qui raconte, en quelques secondes, toute une histoire, toute une vie.

Dodsworth (Walter Huston) vient de vendre son usine. Avec l’argent, il compte partir pour un second voyage de noce avec son épouse. Il faut dire que vingt ans à Zenith ont largement suffit à Franny (Ruth Chatterton), qui n’en peut plus de son existence de femme au foyer dans une ville de province. Cette fois, c’est l’Europe, le faste, l’élégance, la belle vie pour un couple marié de longue date.

Mais ce voyage ne se passe pas comme prévu. Car Franny, encore belle, comme on le dit cruellement des femmes vieillissantes, refuse de voir finir sa jeunesse si rapidement. Coquette, soignée, elle entend profiter de tout, et se trouve bien embarrassée de son brave, mais un rien pantouflard de mari. Il veut aller aux Invalides, elle préfère les dîners mondains. Il reste, à ses yeux, désespérément américain, provincial, quand elle voudrait donner le change et trouver sa place dans le beau monde parisien.

Cette distorsion du couple n’est évidemment pas sans humour. Le personnage de Franny, plutôt caricatural, confronté à son mari bienveillant donne parfois lieu à des disputes assez savoureuses. Mais, assez vite, la tristesse s’installe. La fatigue vient, l’épuisement de l’amour commence à se faire ressentir.

Car Dodsworth, aussi maladroit soit-il, aime sa femme, accepte tous les caprices, subit toutes les trahisons en espérant retrouver sa vieille Franny. A mesure que le film avance, on retrouve cet homme qui regardait pour la dernière fois tout ce qu’il a construit, et qu’il ne reverra jamais. Un homme qui assiste au naufrage de son mariage, mais qui continue à attendre, à espérer.

Une très belle séquence raconte ce qu’est ce couple qui avance en âge. Les époux se préparent pour aller se coucher, après une scène un peu pénible avec des amis de Madame. Lui, l’industriel retraité, ôte son pantalon ; en caleçon, il déboutonne sa chemise, laissant apparaître un début de ventre tandis qu’il continue à discuter avec sa femme. Elle, moulée dans une robe du soir satinée, abaisse sa fermeture éclair, laissant voir, en bas des reins, le haut d’un jupon blanc.

Le contraste de ce bout de tissu secret, un peu trivial, avec la beauté de la robe déconstruit le personnage soigneusement créé par Franny. Les masques tombent, on ne tente plus de séduire. Dodsworth tapote les bras de sa femme avec énergie, comme on flatte le flanc d’une pouliche. Franny le déteste de la voir telle qu’elle est, en jupon et cold-cream, sans mystère.

Dans leurs grands appartements parisiens ou viennois, les personnages se tiennent de plus en plus à distance. William Wyler - cela faisait sa réputation - joue admirablement avec la profondeur de champ pour dire la séparation des êtres. Leur isolement, aussi, et leur ressentiment. La danse des amours commence, les personnages traversent chambres et salons, s’évitent.

La fin est bien sûr cruelle. Non pas que le film finisse mal, à première vue. Mais on garde un goût amer en bouche en constatant que le personnage de Franny - souvent ridicule, soit -, voit son bonheur dénié en raison de son âge. Aux yeux des autres, ses attitudes d’ "écolière" la décrédibilisent et masquent mal la réalité biologique : elle est une femme qui ne peut plus avoir d’enfant.

Dodsworth, lui, bien que plus âgé, a le droit à une seconde chance, à une deuxième vie aventureuse. Quand il est comparé à un enfant, le terme est mélioratif : sa jeunesse n’est pas finie. Le temps et la société n’ont pas la même cruauté pour tous.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 janvier 2019 : Du vieux, du neuf, du beau

Cette semaine on a rencontré Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio, on est allé au théâtre, au cinéma, on a écouté des disques et vu des expositions... Bref, on s'est fait plaisir pour vous offrir un sommaire riche et éclectique, cette semaine encore. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Remind me tomorrow" de Sharon Van Etten
"Todhe todhe, volume 3" de Pierre de Bethmann Medium Ensemble
Rencontre avec Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio le 24/01
"Bottle it in" de Kurt Vile
"Abandonnée / Maleja" de La Tène
"Transparence" de TOOOD (That Obscure Object Of Desire) à retrouver également en interview mais aussi pour une superbe session électrique de 4 titres à prolonger par leur passage dans l'émission Trifazé de Radio Campus à réécouter ici
"Assume form" de James Blake
"Desert eyes" de (Thisis) Redeye
"L'étrangère" de Andéel
"They are here" de Falaises
"Emigrar" de Irina Gonzalez
"Unwind EP" de Liquid Bear
et toujours :
"Origami harvest" de Ambrose Akinmusire
"La fille de l'air" de Evelyne Gallet
"Egdes" de F/LOR
"Chemin vert" de Joseph Fisher
"Lignes parallèles : Haydn, Lipatti, Mozart" de Julien Libeer et les Métamorphoses et Raphael Feye
"Bien avant que le soleil se lève" de Screamming Kids
"The white album" de The Beatles
"Scenario" de Ysé Sauvage

Au théâtre :

les premiers spectacles de l'année :
"Retour à Reims" à l'Espace Cardin
"The Scarlet letter" au Théâtre de la Colline
"Arctique" aux Ateliers Berthier
"Insoutenables longues étreintes" au Théâtre de la Colline
"Le Faiseur de théâtre" au Théâtre Dejazet
"Certaines n'avaient jamais vu la mer" à la Manufcature des Oeillets
"Microfictions" au Lavoir Moderne Parisien
"Le Presque rien et le Quelque chose" au Lavoir Moderne Parisien
"Convulsions" au Théâtre Ouvert
"Les Yeux d'Anna" au Théâtre 13/Seine
"La Dama Boba" au Théâtre 13/Jardin
"Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner" à la MC93 à Bobigny
"Proust en clair" au Théâtre de la Huchette
"Dans la peau de Cyrano" au Théâtre Le Lucernaire
"Prévert" au Théâtre du Rond-Point
"Braise et Cendres" au Théâtre Le Lucernaire
et les reprises:
"Sang négrier" à la Folie Théâtre
"Le Portrait de Dorian Gray" au Théâtre Le RAnelagh
"Le Paradoxe des jumeaux" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Femmes de Barbe-Bleue" au Lavoir Moderne PArisien
"1830 - Sand, Hugo, Balzac : tout commence…" au Théâtre Essaion
"Michael Kohlhaas, l'homme révolté " au Théâtre Essaioon
"Je buterai bien ma mèr eun dimanche" au Point Virgule
"Cabaret Louise" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Mon Coeur" au Théâtre Paris-Villette
"Europa" au Lavoir Moderne Européen
"Odyssée" au Théâtre Montmartre-Galabru
"F(r)ictions" à la Grande Halle de La Villette
et les autres spectacles à l'affiche en janvier

Expositions avec :

avec la dernière ligne droite pour :
"Caravage à Rome " au Musée Jacquemart-André
"Alphonse Mucha" au Musée du Luxembourg
"Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi
"L'Asie rêvée d'Yves Saint-Laurent" au Musée Yves Saint-Laurent
"La Fabrique du Luxe" au Musée Cognacq-Jay
"Il était une fois Sergio Leone" à la Cinémathèque française

les films de la semaine :
"Ma vie avec James Dean" de Dominique Choisy
et la chronique des autres sorties de janvier

Lecture avec :

Présentation du Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême #46
"Anatomie d'un scandale" de Sarah Vaughan
"Ce que je peux enfin vous dire / Devenir" de Ségolène Royal / Michelle Obama
"Essence" de Fred Bernard & Benjamin Flao
"Foulques" de Véronique Boulais
"Le pays des oubliés" de Michael Farris Smith
"Les amochés" de Nan Aurousseau
"Phagocytose" de Marcos Prior & Danide
et toujours :
"Des hommes couleur de ciel" de Anais Llobet
"La femme de marbre" de Louisa May Alcott
"La transparence du temps" de Leonardo Padura
"Les couleurs de Fosco" de Paola Cereda
"Oiseau de nuit" de Robert Bryndza
"Philo & co : A la poursuite de la sagesse" de Michael F Patton et Kevin Cannon
"Vesoul, le 7 janvier 2015" de Quentin Mouron
"Vigile" de Hyam Zaytoun"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=