Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Holy Ghost
Welcome to ignore us  (Fargo Records)  mars 2006

At some point in the past 100 years, The Holy Ghost was formed. Some say it happened in Nebraska, others believe it all went down somewhere in between North Carolina and West Virginia. Even New York has been proclaimed as the mother of this bastard child. But it's an original American rock band, plain and simple.

Tout commença par un titre absurde et génial. Welcome to ignore us. Le parti pris des contre-allées, l'ironie sèche des américains borderline.

The Holy ghost avait tout pour séduire. Tout commença par la fin et un titre balancé par-dessus la fenêtre, commercial, qui ne l'était pas du tout. Ses guitares abrasives qui collaient aux mains, l'urgence du rock pas réfléchi et pas pensé. Juste joué. Loin des sauveurs du rock, anglais pour la plupart, les Futureheads, les autres plus crétins que mon voisin, The Holy Ghost est un groupe américain. Non, New-yorkais. Un pays à part sur la carte, un troisième album, mais le premier à franchir la Manche.

Grosse claque sur "Genghis Khan", intro à la basse blues, comme trafiqué en son temps par les autres crétins de Muse, et puis les arrangements à la guitare très Jeff Buckley dans le style, une fanfare mariachi dans le fond qui claironne.

Un bien bel objet que ce disque, et surtout une vraie colère du système mis en partition. Crier et hurler en chantant sur "Did I wear u out", comme un Julien Casablancas qui aurait vécu quelques histoires intéressantes, le solo qui s'amorce et qui gronde, et qui jouit finalement. The Holy ghost renoue avec la tradition des guitares hurlantes, comme sur "Shut up and play", justement, son refrain au bout de 20 secondes, gimmick de stades, à entonner par milliers. Un vrai défouloir à écouter fort. Puissance maximum.

D'où sortent-ils, et où vont-ils, les quatre américains, avec leur air noisy ? La guitare éclectique bat son plein, ramène aux premières heures de gloire d'Oasis et cette voix…... Une voix chantée, qui change des refrains habituels ("Chez Paree").

La presse nous avait fait cracher dans le bassinet pour les Yeah Yeah Yeahs (oh oh oh…), débourser nos euros pour les Strokes, redevenus un groupe alternatif depuis la mort de leur buzz éteint. Restait à la limite Adam Green en passe de devenir un crooner crédible pour sauver l'affaire.

Et puis The Holy Ghost, une vraie passion du riff pas vu depuis longtemps. Des riffs salaces qui suent le sexe, décochés à la hâte (l'excellent "Jiggle"), où les paroles seraient simplement prétexte à l'envolée des guitares. Des moments de grâce où le saxo n'aurait pas honte d'intervenir.

Welcome to ignore us. La mission sera dure. La seule chose possible d'ignorer reste, après l'écoute, nos regrets de ne pas avoir découvert ce groupe avant. S'il fallait imaginer un sticker à apposer sur la jaquette, sûrement penserait-on à The Holy ghost, comme si George Clinton avait pénétré Jimmy Page par derrière".

Et la vérité serait évidemment encore ailleurs.

 

En savoir plus :

Le site officiel de The Holy Ghost


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=