Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Soeurs (Marina & Audrey)
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  novembre 2018

Duetto dramatique écrit et mis en scène par Pascal Rambert interprété par Audrey Bonnet et Marina Hands.

Alors que Marina (Marina Hands) prépare la conférence sur l'humanitaire qu'elle va donner dans quelques heures, sa soeur Audrey (Audrey Bonnet) fait irruption dans la salle avec sa valise. Et dès les premiers mots, on comprend qu'elles ne sont pas forcément heureuses de se revoir.

Trente ans plus tard, à l'occasion de la mort de la mère, dont Audrey reproche à sa soeur de ne pas l'en avoir avertie, elle est venue "tout débloquer". Démarre alors un échange d'une violence ininterrompue. Au caractère volcanique d'Audrey répond l'arrogance et l'ironie de Marina. Et l'on va assister à un immense échange de théâtre...

Après les avoir fait jouer toutes les deux dans sa précédente pièce "Actrice", écrire pour ses deux comédiennes-là est apparu comme une évidence à Pascal Rambert, tant il les a trouvées complémentaires. Et il est vrai que cet équilibre entre elles était d'une rare perfection.

L'attente était donc grande de retrouver ces deux immenses actrices partageant le plateau et l'on se demandait ce qu'il allait bien pouvoir trouver pour les réunir. On espérait que ce texte aurait la même force que celui de "Reconstitution", son précédent texte écrit pour Véro Dahuron et Guy Delamotte (du Panta Théâtre de Caen), entrant dans la vérité des êtres avec une émouvante sincérité.

Côté scénographie, rien de nouveau : on retrouve les éternels néons et les sièges de couleurs. Rien ici ne va parasiter l'échange entre les deux femmes où affleurent par bribes les blessures d'enfance.

Il y a celle qui a réussi à être une nageuse de haut niveau (Marina) et celle qui s'acharnait à l'imiter (Audrey) de manière peu concluante. La cadette a vécu des années durant dans l'ombre de sa soeur, l'enfant prodige, sorte de Shirley Temple de la famille, ce qui l'a plongée dans l'affliction.

Il est beaucoup question de la langue entre elle, héritage de leur parents pour qui cela revêtait une importance capitale. Audrey écrit maintenant, elle est critique d'art. C'est l'intellectuelle des deux. Celle qui maîtrise incontestablement mieux les mots, mais se permet pourtant quelques néologismes et dit aussi à Marina : "Si je détruis ta langue, je te détruis toi".

Soudain, à la faveur d'une musique écoutée (un remix de "Wonderful life" de Black) comme une pause, un cessez-le-feu et d'une danse partagée, elles se retrouvent adolescentes, rient ensemble, se rappelant les premiers émois à Bagdad où elles ont vécu jadis en suivant un père ethnologue.

On se dit alors que la musique a tempéré leur ardeur et qu'elles vont se réconcilier. Il n'en est rien puisque les hostilités reprendront et surviendront alors deux monologues sublimes dont le dernier dit par Marina, qui semble s'adresser autant à sa soeur qu'au monde entier, est sûrement un des plus forts du théâtre de l'auteur de "Clôture de l'amour".

A l'issue de ce duel d'une rare intensité, semblable à un combat de boxe, où la parole aura joué son rôle, on comprendra tout l'amour empêché qu'elles ont l'une pour l'autre ; cette souffrance pour chacune de son côté, que l'occasion de ce deuil a enfin permis de réunir et de partager.

Les deux comédiennes dans cet échange de haute tension se rendent coup pour coup et jouent avec une force et une variété de jeu stupéfiantes. Elles sont extraordinaires.

Pascal Rambert signe sans doute avec "Soeurs" sa plus grande pièce et offre à ces deux grandes comédiennes une partition éblouissante qui parle de l'amour et du monde. Et démontre avec éloquence que sans amour, il ne pourra être sauvé.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 17 février 2019 : Presque le printemps
- 10 février 2019 : La victoire enchantée
- 3 février 2019 : Froggy's Delight Acte 850
- 27 janvier 2019 : Il n'y a pas débat
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=