Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Angola Janga
Marcelo D'Salete  (Editions Çà et Là)  avril 2018

Il fut un temps que nous nous plaisons à prétendre lointain. Il fut un temps où l’asservissement était courant. Marcelo D’Salete a enquêté pendant plus de dix ans pour nous offrir cet ouvrage frémissant Angola Janga.

Angola Janga, première fois que j’entendais ces mots, à l’effet hakuna matata musical et enchanteur. Angola Janga, Angola Janga, mais quels mots magnifiques ! Et bé non, pas du tout. La magie de ces deux mots doit résider dans l’histoire qu’ils portent : l’esclavage de masse.

Loin de faire le procès des esclavagistes, Marcelo D’Salete dessine des hommes et des femmes luttant pour leur liberté. D’origine brésilienne, l’auteur raconte Zumbi, roi de Palmares, les attaques, la résistance, les privations et cette foutue lueur au bout du tunnel, l’espoir d’échapper à la captivité et de reprendre en main son destin.

XVIIème siècle, "La petite Angola", c’est Angola Janga, c’est un des royaumes africains clandestins bien planqués dans la jungle brésilienne, peuplés d’esclaves résistants. Esclaves massivement importés de la région de l’actuelle Angola du continent africain, des hommes et des femmes traités comme des meubles sans valeur, entassés dans les cales insalubres de bateaux qui n’ont rien à envier aux trains qui conduiront d’autres humains dans des chambres à gaz à une autre malheureuse époque, ces humains enchaînés, vendus, exploités, usés au labeur.

Damned, que les humains sont cruels, chuchote ma pomme. Et oui mémère. Heureusement qu’ils ne sont pas tous aussi cons. Avec peu de mots, Marcelo D’Salete décrit onze chapitres, soit onze histoires croisées d’esclaves rebelles en quête de justice et de liberté. Ils ont résisté, au péril de leur vie, et se sont battus contre l’oppression. Comme quoi, nos papys résistants n’ont rien inventé.

Angola Janga est sanglant, injuste et ses planches en noir et blanc immergent sans fioriture dans la jungle brésilienne peuplée de reptiles et de prédateurs humains. Marcelo D’Salete fait revivre le mythe de Palmares, à sa manière, à partir de documents et de larges citations émanant de penseurs et de dirigeants à diverses époques.

L’histoire ébranle, forcément, la fougue de ces esclaves combattants remet à sa place les houspilleurs de caddies et la concision des textes grandit la solennité des moments. Même si la capitale d’Angola Janga finit détruite par les colons, le pan d’histoire soulevé par Marcelo D’Salete ne devait pas rester ignoré des Européens que nous sommes. Un ouvrage puissant, dramatique et historique.

 

Vous pourrez notamment retrouver cet ouvrage dans la librairie Atout-Livre BD à Paris.

En savoir plus :
Le site officiel de Marcelo D'Salete
Le Facebook de Marcelo D'Salete


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=