Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hazelwood Party
La Boule Noire  (Paris)  27 mars 2003

10 personnes dans la file d'attente de la boule noire ce soir là à l'ouverture des portes... inquiétant. Et pourtant, la première soirée d'Hazelwood Party fera salle comble. Hazelwood, petit label allemand quasiment inconnu en France en raison des mystères du réseau de distribution, envoyait donc, en éclaireur espérons-le, 4 groupes vintage.

Soirée Hazelwood donc avec au programme Jerobeam, Super Preachers, Kool Ade Acid Test et Mardi Gras BB (distribué en France)! Une soirée singulière et très roborative !

Démarrage en trombe avec Jerobeam.

Imaginez sur scène Benjamin Biolay au clavier, Cornershop à la basse, Ticky Holgado crane rasé à la batterie, Her Doktor au sousaphone (et à la contrebasse) et Michael J. Fox échappé de retour vers le futur tous en tenue hétéroclite et vous avez une idée de ce qui vous attend sur scène! Le premier morceau donne le ton, on se croirait en train d'écouter les Fun Lovin Criminal version groove. Même si le public est encore hésitant, le chanteur nous invite à se rapprocher et personne ne demande son reste pour gigoter sur cette musique à la bonne humeur communicative. Crée en 2001 par Leannart A. Salomon, le chanteur guitariste funky, Jerobeam, très à l'aise sur scène, connaît la musique et s'avère prometteur.

Une sacrée équipe de joyeux lurons dont nous retrouverons certains membres dans les autres formations plus qu'un label on découvre chez Hazelwood une vraie petite famille ! et nous sommes invités sans chichi à se joindre à leur bande.

Une grosse demie heure de groove disjoncté plus tard, les Jerobeam cèdent la place aux Super preachers.

Avec ce groupe francais, tous habillés en prêtres, le spectacle commence dans la salle où le chanteur, plus connu sous le nom d'Hypercrad, vient nous apostropher et porter la bonne parole !
Un rock tout aussi disjoncté, bien loin des gospels rédemptifs, des cuivres, marque de fabrique des groupes Hazelwoold, dirigé par Hypercrad qui assure le spectacle avec force gestes et mimiques totalement désopilants.

Des invités se succèdent au micro pour rejoindre le temps d’une chanson cette chorale apocalyptique et l'ambiance dans la salle monte de plus en plus, irrésistiblement : après la Super pêcheresse Desdémone, échappée d'un donjon de pacotille, c'est au tour du chanteur de Jerobeam de venir pousser la chansonnette, puis au leader de Mardi Gras BB, accompagné de Doktor Wenz, caballero à la Zorro, et... ses marraccas ! Le groupe ne se prend pas au sérieux mais a du métier et peut se permettre beaucoup de fantaisies.On ne peut s'empecher de penser à un autre groupe francais qui avait marqué son époque : l'orchestre du Splendid !

A peine de temps d'aller prendre un verre au bar pour se remettre de nos émotions (euh.. pas le temps d'ailleurs, trop de monde et changement de scène très rapide) que voici le troisième groupe Kool Ade Acid Test.

Entrent en scène les quatre frères Gibley, rien de moins que les Blues brothers sous acide, variante disco, costume étriqué,chemise col pelle à tarte, emportés par le mastermind Steven Gaeta, bassiste de Jerobeam, qui chante à la manière groove. Un rock plus calme et un rien psychédélique. Un look 100% kitsch, avec même une superbe chorégraphie, pas de deux du plus bel effet, entre le bassiste et le guitariste! On se croirait dans saturday night fever et , d'ailleurs, ils nous proposent pour conclure un morceau disco superbement éxécuté qui finit de ravir le public !

Quelques minutes plus tard, voici les lumières qui s'éteignent mais ... personne sur la scène... quand tout à coup .. voici que débarque dans la salle, au milieu du public ... une fanfare ! C'est eux ! Voilà les Mardi Gras Brass Band en train de jouer au milieu du public, 7 cuivres dont le sousaphone du Reverend Krug, costume rouge, boots de lézard et chapeau de cow boy et 2 percussions maniées de main de maître par deux sosies aux crânes d'oeuf jouant les yeux dans les yeux! Attention aux oreilles ! Ca va décoiffer.Après cette formidable intro on ne peut plus live, la fanfare remonte sur scène pour retrouver le chanteur, le Docteur Wentz et sa guitare ainsi qu'un DJ.

Et c'est parti pour 1 heure de musique parfaitement jubilatoire ! Car il est évident que aussi bien sur scène que dans la salle tout le monde s'amuse dans cette débauche de décibels assourdissante ! De sacrés bon musiciens qui prouvent qu'on peut faire de la musique sans pléthore d'instruments à cordes ! Que ce soit sur "Kung fu Fighting" ou sur un hommage a Elvis Presley, personne n'épargne ses efforts et le public saute et danse dans tous les sens...

Mardi Gras BB ressemble à un orchestre des années 30, style grand orchestre de Ray Ventura, mais version cuivres et percussions, qui nous entraine des bayous de la Louisiane aux frontières du nouveau Mexique, avec les maracas du Docteur Wentz crooner à la voix nasillarde proche de celle de Finlay Quaye, aux pompes des enterrements siciliens en passant par les aventures du docteur Fu Manchu. De sacrés bons musiciens !
En guise de rappel, la fanfare reviendra au milieu du public pour un bon quart d'heure supplémentaire d'impro... un vrai concert qui mérite l'appellation LIVE.

Hazelwood et ses groupes méritent une plus large audience dans l'Hexagone, et comme le disait le docteur Wentz, l'année prochaine venez avec vos amis, vos cousins, votre belle mère et on remplira une salle encore plus grande pour faire encore plus de bruit !! Chouette !!! On compte sur vous!

 

David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2019 : C'est la fête !

Vendredi prochain, ce sera la Fête de la Musique, une raison supplémentaire pour en écouter de la bonne en vous baladant dans notre sélection culturelle de la semaine, avec également bien entendu du théâtre, du cinéma, des expos et de la littératures.

Du côté de la musique :

"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada
et toujours :
"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'étrange affaire Emilie Artois" au Théâtre de la Contrescarpe
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph à Ivry
"Huckleberry Finn" au Théâtre de la Huchette
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Homme encadré sur fond blanc" au Théâtre Tristan Bernard
"Un drôle de mariage pour tous" au Théâtre Daunou
"Guigue & Plo" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Hiroshima, mon amour" aux Théâtre des Bouffes parisiens
"Matka" au Théâtre Elisabeth Czerczuk
"Dîner de famille" au Café de la Gare
"Hypo" au Théâtre du Marais
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg
"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Le choc du futur" de Marc Collin
"Bunuel après l'âge d'or" de Salvador Simo

Lecture avec :

"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel
et toujours :
"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=