Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean Echenoz - roman, rotor, stator
Centre Pompidou  (Paris)  Du 29 novembre 2017 au 5 mars 2018

Exposition élaborée par la Bibliothèque Publique d'Information du Centre Pompidou avec le concours de Gérard Berthomieu, spécialiste de langue et littérature françaises contemporaines (Université de Paris IV Sorbonne) et en partenariat avec la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet et les Editions de Minuit.

En général, les expositions consacrées aux écrivains ne sont pas les plus passionnantes, car, à part les manuscrits et les photos de famille, revient la lancinante question : "quoi montrer d'autre ?"

Heureusement, l'écrivain moderne vit pour rassembler de quoi raconter pour se raconter. Il est à la fois un archiviste, un collectionneur et un enregistreur friand des moyens modernes de communication (photographie, cinéma, vidéo)

Ce n'est donc pas un hasard si la Bibliothèque Publique d'Information a décidé de s'intéresser à Jean Echenoz après s'être précédemment penché sur l'oeuvre de Claude Simon et de Marguerite Duras, les trois écrivains étant tous les trois publiés par les Éditions de Minuit.

Auteur de "petits récits" post-nouveau roman, Jean Echenoz est un auteur multi-récompensé par des prix littéraires (Médicis et Goncourt). Ses 17 romans ont trouvé leur public.

Mais il reste assez clivant entre ceux qui trouvent son écriture originale et importante, et ceux qui, au contraire, lui dénient un quelconque intérêt. En effet, des "romans" récents, comme "Ravel" ou "Courir" sont écrits d'une écriture sèche et froide et valent pour un contenu informatif digne d'un "Que sais-je".

En concevant l'exposition, Isabelle Bastian-Dupleix et Emmanuelle Payen, avec le concours de Gérard Berthomieu, ont cherché à être didactique (pour justement montrer à tous l'importance d'Echenoz) et ludique (pour convaincre que sa démarche est ancrée dans la modernité).

Elle se sont ainsi refusées à la chronologie et ont préféré une exposition "circulaire" sous titrée "roman, rotor, stator" car dans l'oeuvre d'Echenoz, les personnages reviennent souvent à leur point de départ après avoir vécu de nombreuses péripéties.

Elles ont appuyé leurs propos à l'aide de tous les documents qui servent à l'écrivain à la préparation de ses romans, telles les cartes postales.

On pourra également voir des extraits de films qui ont inspiré certaines œuvres, comme les films noirs (genre "En quatrième vitesse" de Robert Aldrich) qui ont servi à nourrir l'imaginaire de l'auteur des "Grandes Blondes".

Dans les cahiers de l'auteur, on découvrira tout ce qu'il recopie, note pour construire ses fictions. On s'apercevra que pour Echenoz, chaque roman nécessite une somme insensée de documentation et tout un travail personnel pour l'assimiler afin de s'en plus ou moins servir.

Ecrivain, Echenoz s'avère un technicien de la littérature qui construit les rouages nécessaires à l'élaboration de sa prose et les met en marche de manière quasi scientifique pour arriver a la version ultime du texte.

Le roman est ici pesé et pensé. Après avoir visité cette expo, jamais ennuyeuse,on pourra continuer arbitrairement, subjectivement, à dénier tout intérêt aux livres de Jean Echenoz ; en revanche, on ne pourra plus, de bonne foi, considérer son œuvre comme anecdotique.

Echenoz respire la littérature par tous les pores de sa peau et son esprit, nourri aux autres arts (particulièrement la peinture et le cinéma), lui donne de quoi alimenter sa machinerie intérieure, au service d'une littérature plus généreuse qu'il n'y paraît.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Centre Pompidou


Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 novembre 2018 : Pas de frein pour consommer la culture

Si certains estiment que l'on consomme toujours trop et toujours plus, il n'en est pas de même pour la culture. Jamais assez de livres, de musiques, de films... Voici de quoi découvrir cette semaine encore avec notre petite sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Amir" de Tamino
"We are not merchandise" de Jean Michel Jarret
"Action" de Inuit
"Vanités" de Liz Van Deuq
"Longue distance" de Miegeville
My Baby et Electro Deluxe dans une sélection de EP
et toujours :
Rencontre avec Olivier Brion, complétée par une session 5 titres
"Au dessus" de Au Dessus
"Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit" de Bégayer
"Rojo vivo" de Borja Flames
"Alaska" de Eryk.E
"Envol" de Joulik
"La boîte de pandore" de Karin Clercq
"Pur sang EP" de Pur Sang
"Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos" de Silesian Quartet and Friends
"Songs for a city" de Victoire Oberkampf

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Iinflammation du verbe vivre" au Théâtre de la Colline
"Dans le pays d'hiver" à la MC93 à Bobigny
"L'Arche" au Théâtre 13/Seine
"Cyrano" au Théâtre de la Tempête
"Abeilles" au Théâtre de Belleville
"Le Cabaret des Trois soeurs" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Ce qu'on attend, ce qu'on a déjà" au Lavoir Moderne Parisien
"L'Autre fille" à la Comédie de Béthune
"Mémoire de fille" à la Comédie de Béthune
"Femme(s)" au Théâtre Trévise
"J'aime Brassens" au Théâtre Trévise
les reprises :
"La Double Inconstance" au Théâtre des Béliers parisiens
"En avant sur les cendres" au Théâtre du Rond-Point
"Moi, Dian Fossey" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Viel chante Brel" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"La Fabrique à Kifs" au Théâtre de l'Oeuvre
"Le Cabaret extraordinaire" à la Nouvelle Eve
et la chronique des autres spectacles de novembre

Expositions avec :

"Meiji - Splendeurs du Japon impérial" au Musée Guimet
"Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi
"Jômon - Naissance de l'art dans le Japon préhistorique" à la Maison de la Culture du Japon

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le départ" de Jerzy Skolimowki en version restaurée
et la chronique des autres sorties de novembre

Lecture avec :

"Au coeur de la folie" de Luca d'Andrea
"Les contes du réveil matin" de Michel Bussi
"Munkey diaries (1957-1982)" de Jane Birkin
"Où vivre" de Carole Zalberg
et toujours :
"Prisonniers de la géographie" de Tim Marshall
"Le peuple contre la démocratie" de Yascha Mounk
"Le complexe d'Hoffman" de Colas Gutman
"La croisière charnwood" de Robert Goddard
"Haute société / Frank et Billy" de Vita Sackville / Laurie Colwin

Froggeek's Delight :

"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=