Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean Echenoz - roman, rotor, stator
Centre Pompidou  (Paris)  Du 29 novembre 2017 au 5 mars 2018

Exposition élaborée par la Bibliothèque Publique d'Information du Centre Pompidou avec le concours de Gérard Berthomieu, spécialiste de langue et littérature françaises contemporaines (Université de Paris IV Sorbonne) et en partenariat avec la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet et les Editions de Minuit.

En général, les expositions consacrées aux écrivains ne sont pas les plus passionnantes, car, à part les manuscrits et les photos de famille, revient la lancinante question : "quoi montrer d'autre ?"

Heureusement, l'écrivain moderne vit pour rassembler de quoi raconter pour se raconter. Il est à la fois un archiviste, un collectionneur et un enregistreur friand des moyens modernes de communication (photographie, cinéma, vidéo)

Ce n'est donc pas un hasard si la Bibliothèque Publique d'Information a décidé de s'intéresser à Jean Echenoz après s'être précédemment penché sur l'oeuvre de Claude Simon et de Marguerite Duras, les trois écrivains étant tous les trois publiés par les Éditions de Minuit.

Auteur de "petits récits" post-nouveau roman, Jean Echenoz est un auteur multi-récompensé par des prix littéraires (Médicis et Goncourt). Ses 17 romans ont trouvé leur public.

Mais il reste assez clivant entre ceux qui trouvent son écriture originale et importante, et ceux qui, au contraire, lui dénient un quelconque intérêt. En effet, des "romans" récents, comme "Ravel" ou "Courir" sont écrits d'une écriture sèche et froide et valent pour un contenu informatif digne d'un "Que sais-je".

En concevant l'exposition, Isabelle Bastian-Dupleix et Emmanuelle Payen, avec le concours de Gérard Berthomieu, ont cherché à être didactique (pour justement montrer à tous l'importance d'Echenoz) et ludique (pour convaincre que sa démarche est ancrée dans la modernité).

Elle se sont ainsi refusées à la chronologie et ont préféré une exposition "circulaire" sous titrée "roman, rotor, stator" car dans l'oeuvre d'Echenoz, les personnages reviennent souvent à leur point de départ après avoir vécu de nombreuses péripéties.

Elles ont appuyé leurs propos à l'aide de tous les documents qui servent à l'écrivain à la préparation de ses romans, telles les cartes postales.

On pourra également voir des extraits de films qui ont inspiré certaines œuvres, comme les films noirs (genre "En quatrième vitesse" de Robert Aldrich) qui ont servi à nourrir l'imaginaire de l'auteur des "Grandes Blondes".

Dans les cahiers de l'auteur, on découvrira tout ce qu'il recopie, note pour construire ses fictions. On s'apercevra que pour Echenoz, chaque roman nécessite une somme insensée de documentation et tout un travail personnel pour l'assimiler afin de s'en plus ou moins servir.

Ecrivain, Echenoz s'avère un technicien de la littérature qui construit les rouages nécessaires à l'élaboration de sa prose et les met en marche de manière quasi scientifique pour arriver a la version ultime du texte.

Le roman est ici pesé et pensé. Après avoir visité cette expo, jamais ennuyeuse,on pourra continuer arbitrairement, subjectivement, à dénier tout intérêt aux livres de Jean Echenoz ; en revanche, on ne pourra plus, de bonne foi, considérer son œuvre comme anecdotique.

Echenoz respire la littérature par tous les pores de sa peau et son esprit, nourri aux autres arts (particulièrement la peinture et le cinéma), lui donne de quoi alimenter sa machinerie intérieure, au service d'une littérature plus généreuse qu'il n'y paraît.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Centre Pompidou


Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 janvier 2018 : Des nouveautés en série

La mode actuelle est aux séries TV, toujours plus spectaculaires et toujours plus populaires. Peut être qu'un jour on vous parlera des séries que l'on apprécie également. Mais en attendant voici le sommaire de la semaine avec son lot de nouveautés à écouter, à lire, à voir, au musée, au cinéma et au théâtre.

Du côté de la musique :

"Aftermath" de Alex Stuart
"Kili kili" de Black Bones
"Jean Baptiste Lully : Alceste, ou le trimphe d'Alcide" de Christophe Rousset & les Talens Lyriques
Interview de Pierre autour d'une session live donc voici 4 titres
"Girl's ashes" de Dirty Work of Soul Brothers
"Infernu" de Hifiklub
"Trio 30YearsFrom" de Théo Girard
"Destination overground : the story of Transglobal" de Transglobal Underground
"Classe moyenne" de Vincent Touchard
et toujours :
"One of us canno't be wrong" de Manuel Bienvenu et Arlt
"Ministère des ondes" de Arthur De La Taille
"Opus 102 : Litz, Debussy, Scriabin" de Cyril Huvé
"Eda EP" de Eda
"Les aventure du ténor de Brest" de Juke
"Manifeste" de Kiefer
"Lomostatic" de Lomostatic
"Matskathérapie" de Matskat
Schwartz, Yul, David Federmann dans une sélection de EP & singles

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Nénesse" au Théâtre Dejazet
"Moi, Dian Fossey" au Théâtre 14
"Le Souper" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Nos éducations sentimentales" au Théâtre 13/Jardin
"Géographie de l'Enfer" au Théâtre de Belleville
"Tableau d'une exécution" au Théâtre du Rond-Point
"L'Autobus" au Théâtre 13/Seine
"Toute ma vie j'ai fait des choses que je savais pas faire" au Théâtre du Rond-Point
"Emmanuelle Bodin - Femme au bord de la crise de mère" au Théâtre Les Feux de la Rampe
les reprises à ne pas rater:
"La Cantatrice chauve" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Dementia Praecox 2.0" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Nous n'irons pas au Paradis ce soir" à la Scène Thélème
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Le Petit Poilu illustré" au Théâtre Le Lucernaire
et les chroniques des autres spectacles de janvier

Expositions :

Dernière ligne droite pour :
"Pop Art - Icons that matter" au Musée Maillol
"Le Jardin secret des Hansen" au Musée Jacquemart-André
"Gauguin l'Alchimiste" au Grand Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"The Last Family" de Jan P. Matuszynski
Ciné en bref avec :
"L'Echappée belle" de Paolo Virzì
"Santa & Cie" de Alain Chabat
"Les Heures sombres" de Nicolas Pariser
"Le Grand Jeu" de Aaron Sorkin
"Tout l'argent du monde" de Ridley Scott
et les chroniques des autres sorties de janvier

Lecture avec :

"L'infinie comédie" de David Foster Wallace
"La femme qui ment" de Hervé Bel
"La friction du temps" de Martin Amis
"Les oiseaux morts de l'Amérique" de Christian Garcin
"Massacre des innocents" de Marc Biancarelli
"Un homme doit mourir" de Pascal Dessaint
et toujours :
"Et vous avez beau temps ?" de Philippe Delerm
"Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes" de Nelson Mandela et Mandla Langa
"Histoire de la bergère" de Léo Barthe
"La guerre de Troie a bien eu lieu... mais ailleurs" de Iman Wilkens
"Le colis" de Anosh Irani
"Les loyautés" de Delphine de Vigan
"Mon traître" de Pierre Alary et Sorj Chalandon
"Pactum Salis" de Olivier Bourdeaut

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=