Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Place du Diamant
Théâtre L'Atalante  (Paris)  février 2019

Comédie dramatique d'après le récit éponyme de Mercè Rodoreda, mise en scène de Gilles Bouillon, avec Martine Pascal et Gregor Daronian.

Créée en 1998 dans une version française de Michel Cournot et Gilles Bouillon, "La Place du Diamant", est une pièce de Mercè Rodoreda, d'après son roman éponyme. Elle revient donc vingt ans après, cette fois-ci loin de la grande scène de Chaillot, dans un dispositif minimal (une estrade sur laquelle est installée une chaise et quelques objets épars, comme une robe de mariée et des pigeons).

Martine Pascal, fière et hiératique, raconte la vie de Natalia, une jeune Catalane prise dans les feux de la guerre civile espagnole et qui va en subir la violence dans sa chair et dans son âme. Entre la mort de son mari, qui l’appelait "Colometa", lui qui voulait élever des colombes, et la faim qui la terrasse elle et ses enfants, elle raconte, elle se raconte...

Née dans le camp républicain, comme tous les pauvres gens de Catalogne, cette femme qui n'a pas d'idéologie découvrira effarée que les riches pour qui elle a travaillés ne l'aiment pas, voire la haïssent. Elle, toute simple, toute bonne, n'aspirant qu'à une vie heureuse avec les siens a du mal à comprendre ce qui se passe, ce qui la dépasse.

Dans son récit sans apprêts, elle va à l'essentiel et touche directement le cœur des spectateurs. Sur scène, un jeune garçon (Gregor Daronian), hors estrade, l'écoute plus qu'attentivement. Il ne la quitte pas des yeux, enregistrant tout ce qu'elle dit, afin que cette mémoire ne disparaisse pas.

Sur le mur en fond de scène, il y a punaisé une petite reproduction de "Guernica", comme le symbole de la "grande" histoire alors que dans cette "Place du Diamant", Martine Pascal exprime la voix de ceux qui ont vécu au quotidien des événements à leur échelle, mais qui, bout à bout, aboutissent à l'Histoire majuscule.

Jamais monolithique, même si elle s'accroche à un récit d'un ton monocorde, simplement étonnée quand le bonheur passe furtivement dans son océan d'épreuves, elle donne à ce texte fort tout son relief. Martine Pascal fait de Colometa un être droit, altier, qui ignore les mots "plier" et se "plaindre". Sait-elle seulement qu'elle pourrait revendiquer le statut d' "héroïne" ?

En tout cas, pas une seconde pendant qu'elle parle, qu'elle montre le peuple catalan en butte aux espagnols franquistes, sans jamais aucune parole haineuse, on ne quittera son attention.

Toujours mise en scène par Gilles Bouillon, qui ne cesse de la servir, Martine Pascal ne se permet aucun effet. Pour ceux qui auront eu la chance de la voir ou de la revoir, elle est désormais "Colometa" pour toujours.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=