Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les roses de la nuit
Arnaldur Indridason  (Editions Métailié)  octobre 2019

Chouette, chouette, chouette, c’est l’heure du retour de l’un des maîtres du polar nordique, j’ai nommé l’islandais Arnaldur Indriðason, un auteur que l’on suit avec application depuis un petit moment sur notre site. On ne se lasse pas des écrits de cet auteur qui se consacre à l’écriture depuis plus de vingt ans pour nous proposer des romans noirs traduits dans plus de trente-cinq pays.

Les roses de la nuit, ce nouvel ouvrage publié aux éditions Métailié, est en fait un ouvrage écrit par l’Islandais avant l’un de ses romans les plus connus, La cité des jarres, livre écrit en 2000 et publié en France en 2005. Les roses de la nuit est donc en fait le second roman de l’auteur. Son premier roman, Les fils de la poussière a été récemment publié chez Métailié.

A la sortie d’un bal, un couple pressé se réfugie dans le vieux cimetière pour avoir une relation sexuelle. Au cours de leurs ébats, la jeune femme voit un cadavre sur une tombe et aperçoit une silhouette qui s’éloigne. Elle appelle la police tandis que son compagnon, lui, file en vitesse. Le commissaire Erlendur et son adjoint Sigurdur Oli arrivent sur les lieux pour découvrir une jeune fille morte abandonnée sur une tombe fleurie d’un grand homme politique originaire des fjords de l’ouest.

La victime n’a que seize ans, personne ne la connaît, elle se droguait. Erlendur décide de questionner sa fille Eva Lind, qui connaît bien les milieux de la drogue pour en dépendre. Elle lui fournit des informations précieuses et gênantes à entendre pour un père. En même temps, il s’intéresse aussi à la tombe du héros national et part dans les fjords de l’ouest où il va découvrir une amitié enfantine et une situation sociale alarmante. La vente des droits de pêche a créé un grand chômage et une émigration intérieure massive vers Reykjavik.

Au même moment, le parrain de la drogue, un vieux rocker américanisé et proxénète, est enlevé alors que la police vient de révéler ses relations avec un promoteur immobilier amateur de très jeunes femmes.

On retrouve donc les deux inspecteurs, que l’on connaissait avec les derniers ouvrages de l’auteur et dont on avait vu la naissance dans Les fils de la poussière. Dans Les roses de la nuit, Indriðason prend soin de bien nous les présenter, ce qui peut paraître surprenant au lecteur français qui les connaît déjà bien mais qui s’explique par l’ordre de sortie des ouvrages de l’auteur en France. Quand un auteur connaît le succès dans un pays avec un ouvrage qui n’est pas son premier, on a tendance à vouloir lire ses écrits précédents et les éditeurs ont tendance à les publier.

On y voit aussi, et déjà un auteur attaché à mêler dans ses ouvrages intrigues policières et écrits à la dimension sociale. On y voit un auteur attaché à son territoire, à ses valeurs et à son histoire. On y voit un auteur toujours aussi critique à l’égard de la politique de son pays, autour des quotas de pêche, de la promotion immobilière, de magouilles financières en tous genres. On y voit au final des dénonciations assez justes quand on sait les difficultés qu’a connues l’Islande à la fin des années 2000 au niveau économique et financier (sachant que le livre est écrit dix ans avant). Autour de tout cela, l’auteur affiche une intrigue bien menée, fidèle à celle qu’on lui connaît déjà.

Les amateurs de cet auteur prendront évidemment le même plaisir que moi à lire ce nouvel / ancien ouvrage de l’auteur islandais. Ils apprendront notamment de nouveaux éléments de la vie de l’inspecteur principal, de ses relations familiales qui éclaireront ce qu’il a pu lire dans les ouvrages précédents. Ceux qui ne connaissent pas cet auteur seront peut-être tentés de s’aventurer dans les ouvrages plus récents de l’auteur, notamment sa fameuse trilogie autour des ombres.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Passage des ombres" du même auteur
La chronique de "Ce que savait la nuit" du même auteur
La chronique de "Les fils de la poussière" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Arnaldur Indriðason


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=