Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Flotation Toy Warning
Interview  (Paris)  décembre 2004

Juste le temps d’appuyer sur stop du magnétophone après l'entretien avec Chris Brokaw, en concert sur la même date, et hop les Flotation Toy Warning débarquent. C’est l’occasion de discuter avec une formation aguerrie par une tournée française qui se termine ce soir à Paris.

Cette interview permet aussi de voir le chemin parcouru depuis le concert qui avait permis cet été au public malouin d’avoir la primeur de ces adeptes de pop classieuse et bidouillée…

Vous voila donc de retour sur les routes françaises. Vos impressions ?

Nous avons passé de bons moments, ces dernières semaines furent agréables. Les gens qui sont venus au concert ont montré tant d’enthousiasme, ça fait vraiment du bien de voir la ferveur des gens.

Vous avez tourné ailleurs en Europe ?

En Suède et en Angleterre ( rires…)

Et le public a réagi de quelle manière ?

En fait maintenant que l’album est sorti, les gens qui viennent au concert sont des gens qui connaissent notre musique, et qui connaissent l’album, et ça fait la différence car il y a une attente de la part du public. A l’inverse personne n’avait entendu l’album à la route du rock. Maintenant certaines personnes réclament que l’on joue telle ou telle chanson, ce qui est cool. En Suède, nous avons joué dans les mêmes conditions que la route du rock : les gens ne connaissaient pas l’album.

Qu’avez-vous ressenti à la Route du rock, quand vous êtes montés sur scène alors que quasiment personne ne savait qui vous étiez ?

En fait on a laissé les choses aller. Le public a réagi de manière très gentille. La route du rock est un super festival, le cadre est magnifique. Ce fut une expérience plutôt positive. Quand nous sommes rentrés en Angleterre nous étions sur notre petit nuage.

En fait ce qui nous a marqué c’était la réaction du public. En Angleterre, quand un groupe ouvre pour un festival il peut être content si il y a une dizaine de personnes. A Saint Malo tous les gens ont pris la peine de venir nous écouter et leur accueil était très chaleureux. Ils sont restés et ont écouté tout le concert, même si certaines de nos chansons s’éternisaient un peu.

En fait notre musique a besoin de temps. Parfois la musique est immédiate, mais parfois elle demande une écoute attentive de la part des gens. Le public français est très attentif, il écoute et se fait son opinion. Ils ont une approche … euh … intelligente (cherchant un peu ses mots) de la musique.

Ce n’est pas la première fois qu’un groupe anglo-saxon me fait part de cette " réceptivité" du public français.

Le public français possède une intelligence toute particulière pour la musique. Les gens qui font partie des associations qui nous ont demandés de venir jouer étaient tous des gens passionnés par la musique, sans forcément y chercher un but lucratif. Ils sont vraiment à l’affût de nouvelles choses. Pas forcément histoire de dire "J’ai trouvé un truc bizarre qu’il faut absolument écouter".

En Angleterre les gens suivent facilement les médias, toujours en quête de nouvelles sensations musicales. Vous avez été victimes de cela en Angleterre ?

En fait nous n’avons jamais voulu ou essayer de faire partie de telle ou telle scène. Nous avons juste fait notre truc et puis c’est tout…En France la presse nous a vite soutenu, ce qui est moins flagrant en Angleterre, mais cela peut changer. Mais ici les gens se préoccupent peu d’écouter un truc assimilé au "buzz".

Ce que nous apprécions aussi c’est d’avoir un public large, pas seulement un public d’ados visé par certains magazines en Angleterre. Nous sommes toujours fascinés par la diversité des spectateurs. Les gens qui viennent au concert peuvent être jeunes, voire très jeunes, mais il y a aussi des personnes plus âgées.

En fait pour revenir à la presse anglaise, on passe au-dessus de tout cela. On est plus malin que ça… On sait comment fonctionne l’industrie musicale, nous ne sommes pas dupes.

Ca vous fait quoi de jouer sur une péniche ce soir ?

On se sent très à l’aise, nous avons déjà joué sur un bateau à Londres. Plus récemment nous avons joué dans une chapelle à Vendôme (aux rockomotives). C’était fantastique. C’est une de nos expériences les plus marquantes de cette tournée. C’est ce qui fut très enrichissant pendant cette tournée. Nous avons joué dans de vraies salles de concerts mais nous avons joué dans des endroits un peu atypiques.

Quels sont vos projets à court terme ?

Nous allons encore faire de la promo en Angleterre. Nous reviendrons dans le sud de la France en avril. Il y aura un moment ou l’on se remettra à écrire. On ne peut pas vraiment décider. Les morceaux naissent un peu comme ça vient, on ne peut pas forcer les choses. Il y a tellement d’aléas et d’imprévus quand tu fais partie d’un groupe qu’il est difficile d’avoir un planning strict à tenir. Nous ne sommes pas du genre à nous dire : "Ok on passe trois mois en studio et on enregistre". Nous aimons bricoler et jouer avec les sons, donc cela peut prendre du temps.

Vous avez une idée de ce que vous ferez pour le prochain album ?

Pas vraiment mais nous ne sommes pas intéressés par une copie conforme de Bluffer’s Guide … . Il faudra un peu de nouveauté pour rendre les choses plus intéressantes, mais toujours avec ce goût pour l’expérimentation, c’est essentiel.

Que pensez-vous des comparaisons avec Mercury Rev ou les Flaming Lips ?

Nous sommes flattés mais ce ne sont pas des groupes que l’on écoute tout le temps, même si ce sont d’excellents groupes. C’est une manière pour la presse de donner des repères aux gens qui achètent les disques. En fait des fois on pourrait assimiler cela à de la paresse journalistique, histoire de ne pas à avoir trop de choses à faire. Ce qui nous impressionne chez les Flaming Lips, c’est le côté théâtral de leur performance, et nous essayons de reproduire cela à notre manière, à notre niveau. Mais nous écoutons beaucoup de choses, pas uniquement les Flaming Lips ou Mercury Rev.

D’ailleurs on pourrait trouver des influences vers le Krautrock.

Je ne sais pas si on peut trouver des similarités avec le Krautrock mais au moins on se sent proche de la démarche de ces groupes qui ont envie d’expérimenter et de chercher des nouveaux sons. Nous sommes juste un groupe de pop ouvert à l’expérimentation…

Pour finir. Si vous deviez définir votre musique en trois mots :

Flotation Toy Warning (Bien vu)
Ou Warning Toy Flotation

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bluffer's Guide to the Flight Deck de Flotation Toy Warning
La chronique de l'album The Machine Made Us de Flotation Toy Warning
Flotation Toy Warning en concert au Festival La Route du Rock 2004 (samedi)
Flotation Toy Warning en concert à La Guinguette Pirate (3 novembre 2004)
Flotation Toy Warning en concert au Café de la Danse (25 avril 2005)
La conférence de presse de Flotation toy warning (août 2004)


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=