Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Foreztival 2010 (6ème édition)
Barrio Populo - Dynamic Band - Fatals Picards - Raggasonic - The Popes - The Toll Doys  (Trelins, Loire)  27, 28 et 29 août 2010

Qui a dit qu’il ne se passait rien en province et encore moins en profonde campagne ? Voyez Trelins… Trelins ? Oui Trelins : vous passez Montverdun, à trois quarts d’heure de Saint-Etienne, dans le Forez, après Montbrison, mais avant Boën… Si vous dépassez la cave coopérative et ben… c’est que vous avez loupé l’entrée du festival ! Merci Monsieur.

De toute façon on ne peut pas se tromper, après trois contrôles de gendarmerie et deux tests d’alcoolémie on sent qu’on approche du but et que l’insécurité n’a qu’à bien se tenir. C’est vrai que la jeunesse ici fait du dégât, ma pauvre dame… Voilà six ans qu’une poignée de jeunes voyous organise fin août, sur un terrain agricole, le Foreztival, qui compte aujourd’hui parmi les rendez-vous musicaux de l’été sur la région à ne pas rater. Vous imaginez l’embrouille sur trois jours : des jeunes, des bénévoles, des militants qui viennent présenter leurs actions sous le chapiteau du village associatif, des armées d’écolos qui ramassent les déchets, qui gèrent les toilettes sèches et le tri sélectif, des gens du voyage par dizaines, et pas des moindres : Les Fatals Picards, Barrio Populo, Mato, Le Peuple de l’Herbe, Raggasonic, As de Trèfle, Mac Abbe & Zombi orchestra… et même des étrangers : Dynamic Band, The Popes, The Toy Dolls… et bien sûr plusieurs milliers de spectateurs ! Mais rassurez-vous les forces de l’ordre veuillent ! Que les contrôles techniques soient à jour et que tremblent les zazous !

Cher Maigret, faisons un tour des suspects pris comme ça, un peu au hasard…

Voyous numéro 1 : Barrio Populo, de la graine de mauvaises herbes des bas quartiers ces jeunes là ! Et que ça crie, et que ça saute… Des cuivres de tous les côtés, du rock, de l’espagnol, du Léo Ferré, de la jeunesse qui vibre, une fanfare en goguette, Barrio Populo n’en finit pas de surprendre. Huit jeunes d’à peine vingt ans se démènent sur scène, avec une vraie énergie punk, depuis trois ans à peine et ça tourne ! Plus d’une trentaine de dates cet été, trois maxis enregistrés, un album en projet pour la fin de l’année, l’avenir est prometteur pour cette formation qui fait déjà beaucoup parler à Saint-Etienne et ses alentours.

L’énergie est là, c’est indéniable, mais surtout il se dégage une maîtrise qui surprend et qui force le respect. Le set est agréable, musicalement varié et bien construit, la voix est sûre, pertinente, bref… ça a de la gueule ! Une forte parenté à la Mano Négra n’a échappé à personne, mais nous trouvons aussi quelques riffs à la Noir Des, quelques phrasés assez Mano Solo dans les chants plus posés en français… Y’a du monde là-dessous ! Laissons le groupe faire un peu le tri et assumer son identité propre et le temps leur buriner l’âme et le visage de ses cicatrices… Et si ça tient, vous verrez, vous verrez…

En tout cas, commissaire, gardez ce groupe bien fiché car nous entendrons à nouveau parler d’eux prochainement…

Gang number two : Dynamic Band, à surveiller de près mon cher Rick Hunter… Méfiez-vous des inclassables. Ils viennent de New-York mais sont bien ancrés sur le territoire européen. Leur set mélange avec réussite hip-hop, soul, pop… Un univers improbable, porté par le flow énergique du MC, se dessine sur scène, coloré par la maîtrise des musiciens et la chaude voix de sa chanteuse. L’oreille est très vite attirée et on passe un moment généreux et énergique très agréable. Mais comme vous ne tapez qu’avec deux doigts mon cher Rick, nous n’en écrions pas plus sur ce groupe, qui méritera qu’on les suive encore un peu à l’avenir malgré tout...

Les lascars numéro 3, comme vous disait votre femme monsieur Colombo, sont de vrais récidivistes bien connus de nos services. Les Fatals Picards, que nous avions croisés il y a quelques mois au Fil à Saint-Etienne, sont donc de retour dans la région et remportent toujours une grande popularité auprès du public.

Rien de bien nouveau sous le soleil puisque nous sommes sur une fin de tournée dont nous vivons l’avant-dernière date. Le show est plus que rodé, avec majoritairement un mélange des deux derniers albums qui rencontrent un public de plus en plus large. Les membres du groupe prennent toujours plaisir à se dépenser sur scène et leur cote de sympathie reste élevée auprès d’un public hilare, content de sa soirée.

Paul Léger, le chanteur du groupe, nous confie autour d’une bière (mais non monsieur l’agent, je vous assure que ce n’est pas lui qui conduit le bus !) qu’il est particulièrement heureux de partager l’affiche avec The Toll Doys, encore un bon point pour le Foreztival !

Autre révélation pendant l’interrogatoire, monsieur le commissaire : l’écriture du prochain album est lancé, le travail studio est prévu pour la fin de l’année et un prochain passage au Fil à Saint-Étienne est programmé pour mars 2011.

On n’est pas prêt de se débarrasser des Fatals Picards dans le coin ! Allez, affaire classée jusqu’à la prochaine fois… Aux suivants !

De vieux brigands pour continuer, très cher Derrick : Raggasonic, des anciens du milieu. Les voilà qui replongent en 2010 et le public est venu nombreux pour ça. Le groupe phare de ragga des années 90, formé il y a vingt ans nous revient après plus de dix années d’absence. On retrouve les bons vieux trucs qui ont fait recette : un mélange ragga hip-hop, une énergie débordante sur scène, les tubes de l’époque "Bleu, Blanc, Rouge", "J’entends parler"…

Le public, en partie très jeune (je suis alors entouré d’un groupe de 12-13 ans) bouillonne. Le set distille de l’énergie à l’état pur, qui peine malgré tout à me convaincre… Les MC invitent le public à fumer avec eux et à leur faire goûter "quatre ganjas locales"… Mes très jeunes voisins se mettent aussi à fumer… Ouais…

On pouvait attendre un discours plus travaillé et moins démagogique avec ce retour à la scène. Après dix ans d’absence et des parcours solos variés,  on pouvait être impatient de découvrir les évolutions du groupe, ses nouveaux messages, ses motivations, ses changements… "Les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres et jamais rien ne changera". Raggasonic non plus… Dommage !

Allez Sherlock finissons par les mafias étrangères… The Popes et The Toll Doys. Du bon vieux punk d’outre-Manche. Les premiers ne sont pas anglais attention : ce sont de purs Irlandais. Mandoline, violon, Guinness et la voix puissante de Paul (Mad Dog) McGuinness.

The Popes, c’est d’abord Shane MacGowan and The Popes, formation que le leader des Pogues avait monté en 1991. Aujourd’hui Mad Dog officie seul au chant (MacGowan est simplement présent sur le dernier album Outlaw Heaven).

De sa voix rauque et puissant, à la Bruce Springsteen, il capte, en deux morceaux, l’attention des festivaliers. Son physique de brute et son charisme de chef de gang appuyé par l’indéfectible qualité du groupe scotche littéralement le public à la scène. "Don’t let the Bastards grind you down !"

L’intérêt du public ne vacillera à aucun moment et le show ne fera que gagner en intensité, devenant de plus en plus généreux au fur et à mesure des morceaux. Un clin d’œil à Barrio Populo – Paul (Mad Dog) McGuinness avoue être devenu un grand fan, le public apprécie le geste et le concert repart de plus belle. Dans la lignée des Pogues, l’habile mélange de sons rock, de riffs traditionnels irlandais et de punk attitude fait de ce concert un des meilleurs moments du festival. Une surprise de taille à voir et revoir absolument !

Quant aux sujets de sa Majesté – The Toll Doys – ils sont un peu les invités de marque de ce rendez-vous de hooligans… Imaginez : 31 ans de carrières, une quinzaine d’albums. Ce groupe punk anglais apporte du mythe à la soirée. Guitare-basse-batterie, Olga le chanteur historique au micro, The Toll Doys déploie une énergie incroyable et met tout le monde d’accord !

Du punk oui, mais du bon ! Du punk qui se nourrit de rock, de blues, de chansons traditionnelles. Le set est parfaitement huilé, au déhanché près et pour autant on sent une maîtrise live qui offre une grande liberté. Le son est bon et permet de capter toutes les finesses de jeu (finesse oui, oui, ce n’est pas incompatible…). C’est fondateur mais innovant, c’est puissant mais subtil, c’est musicalement varié mais rigoureusement punk, c’est The Toll Doys !

Pour terminer ce procès-verbal, soulignons l’ostensible préméditation des organisateurs : la programmation est de qualité, éclectique et d’une rare intelligence dans son agencement. Monsieur le Juge je suis d’accord, le Foreztival est coupable ! Prévoyons l’armée pour l’an prochain car nous ne pouvons que leur souhaiter bonne récidive ! Et nous compterons alors à coup sûr parmi les complices…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Barrio Populo en concert au Festival des Oreilles en Pointe 2011 (21ème édition)
Barrio Populo en concert au Fil (samedi 27 octobre 2012)
Barrio Populo en concert à la Salle Jeanne d'Arc (vendredi 24 novembre 2017)
La chronique de l'album Pamplemousse Mécanique des Fatals Picards
La chronique de l'album Septième Ciel des Fatals Picards
La chronique de l'album 14.11.14 de Fatals Picards
La chronique de l'album Fatals Picards Country Club des Fatals Picards
La chronique de l'album Espèces menacées des Fatals Picards
Fatals Picards en concert au Festival en Campagne 2007
Fatals Picards en concert au Fil (vendredi 6 novembre 2009)
Fatals Picards en concert au Fil (samedi 26 mars 2011)
Fatals Picards en concert au Fil (vendredi 7 décembre 2012)
L'interview des Fatals Picards (14 mars 2007)
L'interview des Fatals Picards (6 novembre 2009)
L'interview des Fatals Picards (vendredi 7 décembre 2012)
L'interview de Fatals Picards (jeudi 16 juin 2016)
L'interview des Fatals Picards (mercredi 15 novembre 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Foreztival
Le Myspace de Foreztival

Crédits photos : Cyril Hortala & Laurence Rigaudon


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Les Fatals Picards (15 novembre 2016)


# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Seine Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=