Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Iliade
La Scala  (Paris)  mai 2019

Comédie dramatique d’après l'oeuvre éponyme d'Homère, adaptation et mise en scène de Pauline Bayle, avec Charlotte Van Bervesseles, Florent Dorin, Alex Fondja, Viktoria Kozlova et Yan Tassin.

 C'est en 2015 que Pauline Baye a livré sa première version de "L'Iliade". Aujourd'hui elle poursuit sa lecture minimaliste de l'oeuvre d'Homère, en y adjoignant "L'Odyssée".

Conçus séparément les deux spectacles peuvent être maintenant vus ensemble. C'est d'ailleurs la question qui se pose en préliminaire : faut-il voir l'intégralité de la grande geste antique, où préférer, à l'ère des "séries", la déguster en deux soirées ?

Cela implique de considérer les deux spectacles comme indépendants et dès lors de les juger comme tels, c'est-à-dire non pas de les amalgamer de facto, mais de les examiner l'un après l'autre, l'un contre l'autre.

A ce jeu, on est bien obligé d'admettre que l'adaptation de l'Iliade est plus réussie que celle de l'Odyssée et qu'il vaut donc mieux les voir séparément, et, d'une certaine façon d'aller à l'encontre de la logique, en commençant par le retour d'Ulysse à Ithaque et de finir en apothéose par une Guerre de Troie qui, avec cinq personnages, une adaptation très claire et un texte très pur, vaut largement le péplum qu'en a tiré Wolfgang Petersen avec des moyens considérables, et une distribution affolante comprenant Brad Pitt, Diane Kruger, Orlando Bloom et Peter O'Toole.

Comme Pauline Baye termine brutalement la prise de Troie par le choc titanesque entre Hector et Achille, laissant Ulysse conter l'épisode du Cheval dans l'Odyssée à venir, on sera saisi par cette fureur guerrière. En revanche, force est de constater que, malgré la même construction théâtrale, la fin de l'Odyssée traînasse un peu, l'épisode ultime avec les Prétendants étant sans doute aussi décevant que le dernier acte de "Game of Thrones".

Pour en revenir à l'Iliade, les cinq comédiens (Charlotte Van Bervesseles, Florent Dorin, Alex Fondja, Viktoria Kozlova et Yan Tassin) disent le texte, interprètent les personnages, mais sans se soucier de les incarner en toutes circonstances.

Il n'y a pas "un" Patrocle ni "une" Hélène, mais tous peuvent l'être, et les rôles féminins peuvent être tenus par des hommes et réciproquement. Pauline Baye a choisi la limpidité du discours plutôt que son illustration. Tout le monde est en jeans et en baskets, personne n'est en toge ni ne porte de boucliers ou de casques.

Quelques éléments matériels viennent parfois pour éclairer des scènes, comme l'irruption de seaux contenant de l'eau ou de la peinture, ou pouvant servir à allumer des feux.

Conformément au poème d'Homère, les Dieux peuvent intervenir ou dialoguer entre eux, mais sans emphase et sans grandiloquence. Ils sont même souvent objets de moquerie de la part de la metteuse en scène qui ne les présente pas toujours à leur avantage et, pareillement, on ne sent pas un très grand respect des divinités par les hommes pourtant censés être les champions respectifs des Dieux qui se querellent.

Outre le parti formel d'un récitatif rythmé sous forme de choeur entrecoupé de morceaux de bravoure joués par les acteurs, on peut dire qu'on est ici devant une interprétation agnostique de l'Iliade.

Préfigurant "Le Désert des Tartares" avec sa guerre qui n'arrive jamais, ou simplement quand on ne l'attend plus, "Iliade" telle qu'elle est montrée par Pauline Baye est passionnante. Elle sait l'achever à son acmé avec la mort d'Hector, double fatalité puisqu'elle annonce la défaite des Troyens et la mort inéluctable d'Achille dont le sort était intimement lié à celui de son ennemi héroïque.

Cette très belle réflexion sur la guerre est aussi une entrée inspirée dans l'un des récits majeurs de la littérature mondiale.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=