Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bjorn Berge - H-Burns
L'Européen  (Paris)  31 mars 2008

Depuis cette interview mémorable et la private session qui s’ensuivit, on l’attendait de pied ferme ce fleuron norvégien, le gars capable de sortir d’une guitare 12 cordes les choses les plus invraisemblables, à commencer par l’idée saugrenue dans la tête de chaque auditeur qu’un groupe de 25 guitaristes et percussionnistes divers est planqué derrière le rideau de fond de scène pour justifier le barouf incroyable qu’il déploie à chaque chanson… alors qu’il est seul sur scène…

Bref, Bjorn Berge, l’ex ouvrier de plates-formes pétrolières en Mer du Nord, Bjorn Berge le facétieux, (si, si, il l’est) était à Paris pour la sortie d’un nouvel album live (CD+DVD), compilation de ses tournées en Europe, astucieusement nommé Live in Europe.

La salle est comble - enfin quasi - de looks les plus divers, endossés par un panel d’âges qui couvre la sortie de collège, jusqu’à la retraite bien méritée - ou pas d’ailleurs, mais là n’est pas mon propos.

Et d’ailleurs, autre comble, s’il en fût (digression quand tu nous tiens) : nous sommes tous autant et divers que nous sommes, assis. C’est quand même dingue quand on sait ce qui nous attend (envies diverses et variées de sauter dans tous les coins en prétendant notamment être les fans ultimes de Lemi Motörhead) – j’en appelle donc aux plus sortants d’entre vous : me fourvoie-je en imaginant ladite salle libérée de ses sièges sagement disposés en amphi ?

Bref, admettons qu’il faille y voir une attention toute bienveillante de l’organisateur à l’attention de la partie du panel la plus éloignée du collège…. Nous sommes donc tous sagement – et fébrilement- assis.

H Burns, l’ardéchois folk, ouvre vaillamment le concert, en version seul-avec-sa-guitare et propose en 30 minutes un aperçu plus qu’honorable de son album How strange it is to be anything at all qui avait impressionné Froggy's Delight. L’ambiance se pose doucement avec les mélodies successivement mélancoliques ou rageuses des titres qu’H Burns chante en anglais.

Puis Bjorn Berge arrive rieur, décontracté, lunettes sur le nez, cheveux blonds mi-longs, accueilli par un tonnerre d’applaudissements (si, si, c’est ce à quoi ça ressemblait le plus, je vous assure !). Le Norvégien s’installe sur une chaise en milieu de scène, entre deux 12 cordes, on distingue à peine la pédale qu’il utilisera pour accentuer le rythme de certaines chansons.

Il démarre à 100 à l’heure avec un titre perso "Blues Hit Me" et…c’est peu dire ! Nous sommes tous collés à nos dossiers (finalement, c’est peut être pour nous protéger contre ces accélérations que le gentil organisateur n’a pas viré les sièges). Il profite de la fin du premier morceau pour se présenter, mi-rigolard, mi-incertain ("ils me connaissent vraiment tous ????"). Nous nous faisons un plaisir de le rassurer.

C’est parti pour 2 heures d’une intensité incroyable : quelques titres perso et surtout des reprises. En effet, depuis son dernier opus I’m the anti-pop, Berge déclare vouloir rendre la politesse à tous ceux et celles qu’il admire et qui l’ont inspiré depuis des lustres.

Des reprises, donc, que peu se risqueraient à jouer et que le bonhomme revisite systématiquement de la cave au grenier pour en livrer une version "blues" ou, pour être plus proche de la réalité, BjornBergo-bluesèque, jamais entendues, parmi lesquelles l’immense "Ace of Spades" (du susmentionné Lemi Motorhead - saluée, en intro par des hurlements de plaisir et à la fin par le même tonerre-machin- qui n’est même pas lassant), "13 question method" (Chuck Berry - la liste des questions magiques qui vous assureront de ne pas finir la soirée seul(e) est émaillée de rires, solos, de commentaires et de clins d’œil du meilleur effet cabotin), "Give it Away" (Red Hot Chili Peppers - le public se tient à peine et ne se le fait pas demander 2 fois quand Berge lui demande de chanter de conserve), "Buena" (Morphine - la transe….) ou encore "Black Jesus" (Everlast - envoûtant).

Et à chaque fois une (re)découverte :cet homme est non seulement capable de sortir des sons et des rythmes par cascade de sa guitare, toutes les méthodes y passant (picking, arpèges, bottle neck, à plat sur les genoux, derrière les oreilles… euh, non, là j’abuse) en un show constant, mais également de proposer une version extrêmement enthousiasmante du blues, personnelle, nettoyée, dépoussiérée, pfff le bonheur, quoi !

Une espèce de transe bienheureuse, qui vire à la franche hystérie en fin de concert quand, après deux rappels et autant de standing ovations, Berge le facétieux (je vous avais prévenus) termine par une chanson folklorique dite "chanson de la montagne" (je vous épargne la version norvégienne) qui, bien que présentée comme la-chanson-qui-rend-fou, ne menace finalement que les phalanges et autres métacarpes du pauvre homme (qui ne semble pas s’en soucier le moins du monde), et porte à son comble notre plaisir à tous.

Vous n’y étiez pas ?
Dommaaaaaaaaaaaage !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album I'm the antipop de Bjorn Berge
La chronique de l'album Live in Europe de Bjorn Berge
La chronique de l'album Fretwork de Bjørn Berge
La chronique de l'album Blackwood de Bjørn Berge
La chronique de l'album Who else ? de Bjørn Berge
Bjorn Berge en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (jeudi)
Bjorn Berge en concert au Nouveau Casino (21 mars 2005)
Bjorn Berge en concert à l'Espace Vauban (12 mai 2005)
Bjorn Berge en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Bjorn Berge en concert au New Morning (15 octobre 2008)
Bjorn Berge en concert à Sunset (lundi 16 novembre 2009)
Bjorn Berge en concert au New Morning (samedi 20 novembre 2010)
Bjorn Berge en concert au New Morning (mardi 26 novembre 2013)
L'interview de Bjorn Berge (27 février 2008)
L'interview de Bjørn Berge (lundi 16 novembre 2009)
L'interview de Bjørn Berge (13 octobre 2011)
La chronique de l'album How strange it is to be anything at all de H-Burns
H-Burns en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
H-Burns en concert au New Morning (mercredi 2 décembre2009)
H-Burns en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (samedi 24 août 2013)

Crédits photos : David Didier (plus de photos sur Taste of Indie)


Unbroken         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Bjorn Berge (13 octobre 2011)
Bjorn Berge (16 novembre 2009)
Bjorn Berge (27 février 2008)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=